Binotto pourrait manquer certains Grands Prix dès 2020

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

Le directeur de la Scuderia Ferrari, Mattia Binotto pourrait prendre du recul sur son implication auprès de l'écurie italienne dans le cadre des Grands Prix à compter de la fin de saison 2020. Cette décision est en lien avec la densité des calendriers de la Formule 1 dans les mois qui viennent et du travail à mener du côté de l'écurie italienne.

En dépit de la pandémie liée au nouveau coronavirus, qui a provoqué l'annulation de 13 Grands Prix, la discipline a réussi à mettre en place un calendrier plus resserré comptant 17 épreuves, réparties entre le début du mois de juillet et la mi-décembre 2020. Cette situation avec une fin de saison particulièrement dense et inhabituellement tardive selon les standards contemporains interroge les écuries dans leur manière de fonctionner, notamment pour protéger leur personnel, limité sur les épreuves par les exigences liées au protocole COVID.

Lire aussi :

La F1 propose un calendrier de 23 dates, dont un nouveau GP

La campagne 2021, qui reste à valider officiellement, pourrait compter jusqu'à 23 Grands Prix. Même si ce chiffre est très provisoire en raison de l'incertitude liée à la pandémie actuelle, qui connaît une recrudescence sur certains continents dont l'Europe et l'Amérique du Nord, il s'agirait de la saison la plus longue de l'Histoire. Et forcément, dans ces conditions, les écuries, qui doivent également gérer la limitation de leurs dépenses en lien avec le nouveau Règlement Financier, pourraient revoir leur fonctionnement afin d'éviter des situations difficiles pour leur personnel.

"Augmenter le nombre de courses est de plus en plus difficile en termes de logistique, pour les mécaniciens et les ingénieurs", a déclaré Mattia Binotto à ce sujet. "Nous allons planifier pour toutes les personnes que nous pouvons, c’est la meilleure manière de faire cela pour nous assurer de disputer la saison avec le bon niveau d’efficacité et de concentration."

Et très concrètement, le dirigeant italo-suisse estime que cela va avoir un impact sur sa propre situation, et ce peut-être dès 2020. "Je pense que, me concernant, il faut équilibrer les tâches au circuit et à l’usine. Tout de même, l’usine est importante dans le développement et la préparation des voitures."

"Pour ma part, je pense que ne serai pas à toutes les courses, j’envisage même dès 2020 de manquer certaines courses de la fin de saison à commencer par la Turquie, mais c’est plus une éventualité pour l’année prochaine car quand vous êtes responsable d’une équipe entière, les courses sont clairement importantes mais le management global de l’écurie est important également. Donc avec l’augmentation du nombre de courses, il faut faire preuve de discernement et veiller à ce que certains ingénieurs et techniciens puissent trouver un équilibre."