Binotto : Sainz, un pilote "fiable" à associer au "talent pur" Leclerc

Fabien Gaillard
motorsport.com

Quelques jours après l'officialisation de la fin de collaboration entre Sebastian Vettel et la Scuderia Ferrari, dont les chemins se sépareront à la fin de l'année, l'équipe de Maranello a officiellement annoncé que Carlos Sainz allait rejoindre l'équipe à compter de 2021. La fin d'une ère pour Ferrari qui va clore un chapitre débuté en 2015 avec le quadruple Champion du monde et se tourner vers un avenir rajeuni puisqu'il s'agira, avec Charles Leclerc et l'Espagnol, du plus jeune duo en rouge depuis Chris Amon (24 ans) et Jacky Ickx (23 ans) en 1968.

Dans une intersaison rendue particulière par le report de nombreuses épreuves en raison de la pandémie de COVID-19, le marché des transferts s'est soudainement agité et a rebattu de façon inattendue les cartes puisque, outre le départ de Vettel et l'arrivée de Sainz, Daniel Ricciardo a d'ores et déjà pris la place du numéro 55 chez McLaren, laissant désormais vacant un baquet chez Renault, si l'écurie française devait continuer en Formule 1 au-delà de l'année en cours.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Trois GP absents de la dernière version du calendrier 2020

Présent ce jeudi sur la scène du Motor Valley Fest de Modène, Mattia Binotto le directeur de Ferrari a été amené à revenir sur les mouvements des derniers jours, en insistant tout d'abord sur l'estime qu'il porte à Vettel. "Je pense avant tout que, lorsque l'on prend certaines décisions, il faut en être convaincu et nous sommes convaincus d'avoir fait le bon choix et nous en sommes très contents. Avec Sebastian, c'est un cycle qui se termine, cela fera six ans qu'il fait partie de notre équipe. C'est quelqu'un que personnellement j'admire et pour qui j'ai beaucoup d'estime, et que ce soit en tant que personne ou en tant que pilote mon estime à son égard ne changera pas."

L'Allemand expliquait peu après l'annonce de la fin de son bail chez Ferrari qu'"il n'y avait plus de désir commun de rester ensemble", ce que confirme Binotto tout en se gardant d'entrer dans les détails de ces divergences : "Du reste, je crois que ces dernières semaines le monde a changé. De nouveaux défis nous attendent d'un point de vue économique, mais aussi technico-sportif. Ce sera un parcours long, avec des obstacles, difficile je crois. Mais nous sommes en train de créer les bases pour un futur cycle gagnant. Créer les bases, cela veut dire en arriver à une certaine perspective dont nous avons discuté avec Sebastian et il s'avère que nous n'avions pas exactement les mêmes objectifs, que ce soit dans l'immédiat ou autre."

Ainsi, il reviendra à Leclerc et Sainz de porter ce projet, deux pilotes aux qualités complémentaires pour le team principal italo-suisse, qui termine toutefois sur une phrase ambiguë quant au rôle que devra jouer le fils du Champion du monde des Rallyes auprès du Monégasque : "Carlos est une excellente recrue, un garçon très intelligent, un très bon pilote, jeune mais avec déjà cinq saisons d'expérience en F1. Il a toujours fait des saisons très correctes. C'est un pilote concret, robuste, fiable. Il ramène des points, c'est un très bon combattant en course. Je crois qu'il est un excellent pilote à associer à celui qui est pour nous un talent pur, à savoir Charles, pour le faire grandir et éventuellement le faire gagner."

À lire aussi