La biphobie, qu'est-ce que c'est ?

Simone

"Ok, c'est un 8 mais elle est bi..." Voici le genre de commentaire qui visent les personnes bisexuelles sur les réseaux sociaux.

Mathilde Ramadier est l'autrice de Vivre Fluide (Éditions du Faubourg), une enquête autour de la bisexualité féminine. Dans son livre, étayé de nombreux témoignages, elle invite à repenser le désir et déconstruire l'hétéronormativité. Elle explique également pourquoi la bisexualité est plus répandue chez les femmes.

Selon l'essayiste, les femmes qui se définissent comme bisexuelles, ou qui vivent une sexualité fluide ouvertement, font l'objet de certains clichés ainsi que des discriminations. Et cela, venant autant de personnes hétérosexuelles que de personnes homosexuelles.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Mathilde Ramadier pointe les critiques venant des hétérosexuels, surtout des hommes : "Ça va souvent générer de la biphobie, de l'homophobie mais couplée à la misogynie la plus crasse puisqu'elles vont être encore plus le support de projections fantasmatiques". Ainsi, on présuppose fréquemment que leur libido est plus élevée que chez les autres femmes, et qu'elles peuvent être infidèles. Ce qui entraîne des comportements de suspicion.

Du côté de la communauté lesbienne, les femmes bisexuelles font l'objet d'autres stéréotypes : "C'est une autre sorte de méfiance. (...) Souvent, le cliché numéro un, c'est que c'est une phase transitoire qui mène à l'homosexualité. Et que, finalement, c'est une sorte d'homosexualité refoulée" explique Mathilde Ramadier. Même si elle reconnaît que ça (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Plus de contenus provenant de