BJK Cup : malgré la fatigue, Caroline Garcia n'avait « qu'une envie, jouer »

Caroline Garcia a pu mesurer la chaleur du public envers elle au Portel. (E. Garnier/L'Équipe)

Caroline Garcia a apporté le point de la victoire à la France lors du match de barrage de Billie Jean King Cup face aux Pays-Bas, ce samedi au Portel. Encore en phase de récupération la veille, la n°4 mondiale voulait absolument rentrer sur le court pour apporter son écot.

« Était-ce difficile de passer ainsi du Masters à la Billie Jean King Cup en quelques jours ?
C'était difficile, mais d'un autre côté c'était aussi assez simple. J'étais contente de retrouver les copines de l'équipe de France et, dès que je suis arrivée, je voulais récupérer pour pouvoir les aider sur le court en apportant un point. J'ai essayé de mettre le Masters de côté le plus rapidement possible pour me concentrer sur la Billie Jean King Cup qui était un nouveau challenge. Il fallait être présente du premier au dernier point et c'était une chance d'avoir pu jouer ce match (face à la Néerlandaise Lesley Kerkhove) devant le public français. Avec toutes les émotions positives que j'ai ressenties, je n'ai pas eu besoin d'aller chercher bien loin l'énergie de jouer. En sachant que les filles étaient super prêtes, avec l'ambiance du public, je n'avais qu'une envie, c'était de participer. Mais il fallait que je récupère. Et aujourd'hui (samedi) je n'avais qu'une envie, jouer et apporter quelque chose à l'équipe devant ce public.

lire aussi : Caroline Garcia apporte le point du maintien de la France dans le groupe mondial de Billie Jean King Cup

Un public qui vous a d'ailleurs réservé un superbe accueil lors de votre présentation.
Ça fait vraiment chaud au coeur, oui. C'est quelque chose d'assez nouveau, d'autant que je n'ai pas pu prendre trop de recul par rapport à tout ce qui vient de se passer, il y avait de la fatigue, mais quand le speaker a annoncé mon palmarès, ça m'a fait un peu bizarre (sourire) et énormément plaisir d'entendre la réaction du public. Vraiment, ça représente beaucoup.

C'était votre dernier match de la saison, quel est le programme maintenant ?
Je ne me suis pas encore projetée vers la préparation. Il va d'abord y avoir des vacances pour digérer toute la saison qui a été intense physiquement et mentalement. Surtout la fin de saison, avec de longs voyages et de gros enchaînements comme cette semaine. Donc, surtout des vacances et après on attaquera la préparation foncière avant de partir en Australie.

Avec cette équipe de France dont vous êtes le maillon fort, il y a de quoi nourrir des ambitions dans cette compétition l'an prochain.
Je pense, oui. Nous avons nos chances. On voit bien que chaque match compte, simple ou double. La compétition reste ouverte et il y a de la qualité dans notre équipe. Il y a ce qu'on appelle un bon banc et chaque fille peut apporter un point, on l'a vu avec Diane (Parry). Nous avons nos chances, oui.

Est-ce que vous réalisez pleinement ce que vous venez d'accomplir ?
Pas encore, non. J'ai vu que j'avais tellement de messages que mon WhatsApp a planté pendant deux jours (rires). Je pense que je ne réalise pas trop car je suis passée de l'excitation du Masters aux États-Unis à l'équipe de France où on vit un peu en groupe fermé, pas reclus mais presque. J'ai essayé de rester concentrée sur l'objectif de cette rencontre pour pouvoir donner le maximum. On verra comment ça se passera la semaine prochaine, mais j'ai pu voir qu'il y avait un engouement assez incroyable et ça m'a fait chaud au coeur. »

lire aussi : Résultats des barrages de la BJK Cup