Blessé à une jambe, Westermann a frôlé l'amputation

RMC Sport

Trois mois sur le flanc. Blessé fin octobre à une jambe, Léo Westermann avait dû attendre fin janvier pour pouvoir faire son retour sur les parquets, après avoir été opéré. Car s’il s’agissait en apparence d’une simple béquille, la blessure du meneur de jeu alsacien s’était rapidement révélée être bien plus sérieuse.

"J’ai pris une béquille qui a touché une artère. Mais cela n’a pas été diagnostiqué tout de suite. J’ai eu des douleurs atroces toute la nuit. Et le lendemain, une fois à l’hôpital, tout est allé très vite. J’ai été opéré et je me suis retrouvé avec deux énormes trous dans ma jambe, c’était délicat", raconte-t-il ce mardi dans un entretien accordé à L’Equipe.

Comparable à une morsure de requin

"Le chirurgien m’a dit qu’à quelques heures près, je pouvais être amputé. Cela fait flipper forcément, d’autant qu’il m’a dit ça tranquille comme s’il me proposait d’aller boire un café. J’ai perdu un litre et demi de sang qui s’est répandu dans la jambe", se souvient l’international français de 25 ans, qui affronte ce mardi soir le Khimki Moscou, avec le CSKA Moscou, en quart de finale de l’Euroligue.

"J’avais une machine en permanence avec moi. C’est le même principe quand on se fait mordre par un requin", poursuit Westermann, qui avait été contraint de rester deux semaines à l’hôpital pour "évacuer le sang"...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi