Blessures, victoires, rivaux : retraité depuis le 26 janvier, Julien Lizeroux ouvre sa boîte à souvenirs

Jean-Baptiste Lautier
·1 min de lecture

Quand vous regardez en arrière, êtes-vous fier de ce que vous avez accompli ?
Julien Lizeroux : "Je suis fier des résultats que j’ai pu faire et, surtout, de la manière. Le ski de haut niveau est tout sauf un long fleuve tranquille. Il y a pas mal d'adversité, de blessures, qui font partie intégrante de la vie de tous les skieurs. L'important, c'est de se relever à chaque fois et de croire en ses chances. Si je devais ne retenir qu'une chose, ce serait ça : mon abnégation et mon envie de toujours repousser les limites."

Vous avez gagné à Kitzbühel, vous avez remporté des médailles aux Championnats du monde en France, quel est votre meilleur moment?
JL : "On dit souvent que la première victoire est la plus belle. Elle m'a marqué d'autant plus que c'était une victoire à Kitzbühel (en 2009), pour mon premier podium en Coupe du monde. Surtout, c'était un doublé avec Jean-Baptiste Grange qui terminait deuxième. On a pu partager cette journée avec toute l'équipe. On fait un sport individuel mais les sensations sont décuplées quand on peut les partager. Ce jour-là c’était vraiment magique."

Revenons justement sur votre duo avec Jean-Baptiste Grange. À cette époque, vous étiez...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi