Les Bleues échouent face à l'Angleterre, vainqueur du Grand Chelem

Chloé Jacquet pris en tenaille par la défense anglaise. (N. Luttiau/L'Équipe)

L'équipe de France n'a pas réussi à battre sa grande rivale, l'Angleterre, samedi à Bayonne (12-24), à l'occasion de la dernière journée du Tournoi des Six Nations. Les Red Roses réalisent le Grand Chelem, les Bleues finissent deuxièmes.

Le match : 12-24

Les Bleues n'ont pas rempli leur objectif et voient de nouveau leurs illusions se briser sur le constat froid et implacable de la supériorité anglaise. Pour la 10e fois d'affilée, elles se sont inclinées face à ces Red Roses qu'elles n'arrivent définitivement pas à faire tomber de leur piédestal. Dominées physiquement, les Françaises ont semblé impuissantes, et c'est bien là le plus triste.

lire aussi

Le film de France - Angleterre (F)

Pourtant, elles avaient pris le match par le bon bout à Bayonne. Dans un stade Jean-Dauger acquis à leur cause, les Tricolores ont frappé les premières avec un essai précoce de Romane Ménager (4e). Mais cette entame rêvée n'était qu'un leurre. Et l'Angleterre, habitée par la sérénité des équipes sûres de leur fait, a posé ses grosses mains de tyran sur la rencontre.

Bien plus puissantes que les Bleues, les joueuses de Simon Middleton sont passées en mode rouleau-compresseur. Sarah Bern (12e, 27e) et Abbie Ward (17e) ont conclu trois groupés-pénétrants diaboliques pour prendre largement les commandes. « Nos avants ont été phénoménales et ont abattu beaucoup de travail », n'a pas manqué de féliciter la capitaine anglaise Emily Scarratt au micro de la BBC. Très malhabiles en conquête (voir chiffre), les Françaises n'ont pas trouvé de solutions aux problèmes posés par leurs adversaires.

Gabrielle Vernier (47e) puis Emilie Boulard (63e) ont percé le rideau anglais, mais elles ne furent pas correctement suivies par les soutiens. Si Annaëlle Deshaye s'est bien écroulée dans l'en-but (67e), ce sursaut tardif ne fut pas suffisant. L'Angleterre remporte son quatrième Tournoi de suite et marque plus que jamais son territoire avec cette 23e victoire d'affilée, alors que les deux équipes se retrouveront en phase de poule lors de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande (8 octobre - 12 novembre).

8

Les Bleues ont perdu leur lancer en touche à huit reprises, symbole de leur impuissance en conquête.

La joueuse : Chloé Jacquet a tenté

Positionnée à l'arrière, la jeune Chloé Jacquet a alterné le bon et le mauvais face à l'Angleterre. La Lyonnaise a beaucoup joué au pied, une de ses armes favorites. Grâce à sa puissance, elle a souvent gagné le bras-de-fer avec sa vis-à-vis, Helena Rowland, et fait gagner du terrain à l'équipe de France.

Mais Jacquet s'est aussi montré maladroite. Elle a commis un en-avant grossier sous un ballon haut (29e), qui a permis à l'Angleterre de s'installer dans le camp tricolore. Offensivement, elle a semblé parfois timorée, notamment à cause de la défense agressive des Red Roses.

lire aussi

Calendrier et résultats du Tournoi des Six Nations

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles