Les Bleues du 3x3, le « choix du coeur » pour Laëtitia Guapo

Alors qu'elle aurait pu prétendre à une place en 5x5 pour préparer la Coupe du monde, Laëtitia Guapo est restée fidèle au 3x3, dont elle est une tête d'affiche. Et mènera les Bleues en phase finale de la Coupe d'Europe, ce dimanche, en direct sur L'Équipe Live.

Championne de France 5x5 et victorieuse de l'Eurocoupe avec Bourges, infatigable et polyvalente ailière, Laëtitia Guapo avait le profil pour intégrer le groupe France, et peut-être participer à la Coupe du monde en Australie (22 septembre - 1er octobre).

Mais ce week-end, l'Auvergnate (1,82 m, 26 ans) est à Graz (Autriche), avec les Bleues du 3x3, qui ont dominé leur poule vendredi et disputent ce dimanche, à partir de 15h15 sur L'Équipe Live, la phase finale de la Coupe d'Europe. « Là où je prends le plus de plaisir, où je me sens le plus Laëti : c'est au 3x3. C'est le choix du coeur », s'enthousiasme l'intéressée, figure de la discipline en France.

Guapo a bien été approchée (mais pas convoquée officiellement) par Jean-Aimé Toupane, sélectionneur de l'équipe 5x5, à la recherche de nouvelles têtes pour étoffer un groupe diminué par les forfaits et les joueuses retenues en WNBA. Mais la Berruyère a clairement exprimé sa priorité. « Son choix, je le respecte, c'est quand même l'icône du 3x3, souligne Toupane. Avant de les convoquer, on discute avec les joueuses. À partir du moment où on sent que leur volonté est de faire autre chose, on n'insiste pas. »

Championne du monde 3x3 et MVP de la compétition en juin, Guapo est guidée par l'objectif Paris 2024. « Mon rêve, c'est une médaille olympique en 3x3. J'ai une revanche à prendre par rapport à Tokyo (4es), lance-t-elle. Être aussi un peu l'ambassadrice de la discipline, qui est en plein essor, l'aider à grandir et évoluer. Et je ne peux sûrement pas prétendre à la même place au 5x5 qu'au 3x3 non plus. »

Guapo n'est pas la seule internationale 3x3 à avoir séduit Toupane et son staff. Migna Touré et Marie-Ève Paget, olympiennes à 3 l'été dernier, empilent désormais les sélections à 5. Marie Pardon et Caroline Hériaud, qui a fait la préparation cet été, ont aussi une riche histoire avec le 3x3.

Une équipe performante malgré la perte de plusieurs joueuses
De là à donner l'impression d'un pillage en règle ? « C'est un honneur de les voir passer à 5 et la plus belle des vitrines pour notre discipline », balaye Karim Souchu, directeur des équipes de France. « On le vit plutôt bien car ça se fait avec intelligence entre les staffs et avec les joueuses. Pour l'instant, on arrive à générer quand même de la performance », enchérit Yann Julien, le sélectionneur des Bleues du 3x3, conscient que le 5x5 reste au-dessus en termes de prestige et d'attractivité. « Je pense même que, dans le temps, on pourra avoir un retour d'ascenseur. Mais il ne faut pas que ce soit un one-shot. Si une fille débarque la veille d'un tournoi, ça ne pourra pas marcher. »

En plus de Guapo, les Bleues évoluent à Graz avec Hortense Limouzin et Myriam Djekoundadé, soit trois des quatre championnes du monde de juin, en quête d'un troisième titre européen pour la France, après 2018 et 2019. Paget, qui aurait été laissée au repos sans la convocation du 5x5, est remplacée par Marie Mané, pièce importante du groupe présent aux Women's Series, le circuit mondial de 3x3 féminin, dont la France est leader avant la finale la semaine prochaine.

lire aussi
Toute l'actu du basket 3x3