Les Bleues dominent le Canada et se qualifient pour la finale du Tournoi de France

Amélie Rotar et les Bleues se sont offert une finale de haut vol contre le Japon, dimanche. (A. Réau/L'Équipe)

Après deux revers de rang au Tournoi de France, l'équipe de France a joliment relevé la tête samedi face au Canada (3-0 : 25-22, 25-15, 25-23) et décroche sa place en finale. Elle y retrouvera les favorites japonaises dimanche (19h) à Metz.

« On est en finale, on est en finale... » Le cercle des Bleues tournoyait dans le bonheur samedi à Metz, après une nette victoire sur le Canada (3-0 : 25-22, 25-15, 25-23) qui leur offre un billet pour la finale du Tournoi de France, dimanche (19h) au même endroit face au Japon.

Une revanche contre les Japonaises

L'équipe de France a relevé la tête après deux revers de rang concédés contre le Japon (0-3) puis l'Argentine (0-3), alors qu'elle avait entamé le tournoi par deux victoires éclatantes sur la Colombie (3-0) et la Belgique (3-0). Elle aura donc droit à une revanche face aux Japonaises, redoutable honneur face à l'une des meilleures équipes de la planète, 7e du classement de la Fédération internationale (la France est 24e) et invaincue dans ce Tournoi de France.

Mais c'est exactement ce que recherchait la Fédération en organisant ce tournoi amical : permettre aux Bleues, qui n'ont jamais disputé les JO et n'ont plus vu le Mondial depuis 1974, de s'aguerrir en vue des Jeux de Paris, en affrontant des équipes de très haut niveau et aux styles de jeu inhabituels. Tous leurs adversaires de ces dix jours sont en préparation pour le Championnat du monde (23 septembre - 15 octobre aux Pays-Bas et en Pologne), pour lequel la France ne s'est pas qualifiée.

Héléna Cazaute blessée

Le sélectionneur Emile Rousseaux en profite pour procéder à de nombreux essais. Samedi, il avait une fois de plus modifié son six de départ, en partie sous la contrainte car la capitaine Héléna Cazaute s'est blessée. Le staff n'a pas souhaité préciser la nature de la blessure, mais la patronne des Bleues est forfait pour la finale dimanche, encore une absence de taille après celle de la pointue Lucille Gicquel.

La toute jeune passeuse Emilie Respaut (19 ans) s'est montrée irrégulière mais performante au service, à l'image de toute son équipe, qui a notamment déstabilisé la réception canadienne dans la deuxième manche.

Le premier et le troisième set ont cependant été très accrochés face à des Nord-Américaines qui ne voulaient pas finir bredouilles, après avoir perdu leurs quatre premiers matches du tournoi. Mais une attaque sur la ligne d'Amélie Rotar validée par le challenge vidéo (son 18e point du match), puis un petit ballon tout en finesse de la prometteuse Leïa Ratahiry (20 ans dans 10 jours) sur la balle de match ont offert la victoire aux Bleues.

« Le Japon n'a perdu aucun set sur ce tournoi, donc ce serait bien de commencer par leur prendre en prendre un, annonce l'entraîneur adjoint Félix André. Et si on gagne un set, pourquoi pas en prendre deux. Et si on prend deux, pourquoi pas trois... Il va falloir y aller comme ça, avec de l'ambition et de l'audace. Ce match, c'est ce qu'on voulait avec ce Tournoi de France. On se disait que c'était notre Championnat du monde à nous. »

lire aussi

Toute l'actualité du volley-ball