Les Bleues dominent l'Italie et se hissent en demi-finales du Mondial

Joanna Grisez et les Bleues qualifiées pour le dernier carré. (D. Rowland/Reuters)

L'équipe de France s'est qualifiée pour le dernier carré du Mondial ce samedi à Whangarei (Nouvelle-Zélande) en dominant physiquement l'Italie en fin de match (39-3). Elle retrouvera en demi-finales la Nouvelle-Zélande ou le pays de Galles.

L'équipe de France s'est qualifiée pour le dernier carré du Mondial ce samedi à Whangarei (Nouvelle-Zélande) en dominant physiquement l'Italie en fin de match (39-3). Elle retrouvera en demi-finales la Nouvelle-Zélande ou le pays de Galles.

Le match : 39-3

Les Bleues se sont un peu fait peur ce samedi à Whangarei, mais elles ont rempli leur mission en ralliant le dernier carré de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande grâce à leur large victoire en quarts face à l'Italie. C'est la huitième fois en neuf éditions que l'équipe de France parvient à ce stade de la compétition.

Mais cette qualification, fidèle à ses standards, elle a dû la payer au prix d'un effort qu'on n'imaginait pas forcément aussi éprouvant. D'autant que les Tricolores ont entamé pied au plancher la partie face à leurs voisines. Joanna Grisez a ainsi conclu à vitesse grand V une relance bien sentie par son arrière Émilie Boulard (3e).

Les supporters français se sont alors détendus devant l'entame rêvée de leurs compatriotes. Ils ont vite été rattrapés par la tension en constatant que les Bleues ne parvenaient pas à enchaîner les temps de jeu, une faute de main venant constamment briser leur élan. Pendant toute la première période, l'équipe de France n'a su convertir son impressionnante domination territoriale, gonflant ainsi le capital confiance d'une Italie qui n'en demandait pas tant pour le tout premier quart de finale de son histoire.

lire aussi

Calendrier/résultats de la Coupe du monde

Vent dans le dos après la pause, les Bleues se sont longtemps heurtées à la courageuse défense transalpine, Boulard (46e, 60e) et Escudero (47e) ne parvenant pas à marquer. Mais elles ont fini par faire exploser le barrage et, alors, les flots bleus ont tout emporté. Joanna Grisez a offert à son essai inaugural deux petits frères en bout de ligne (68e, 70e), tandis que le pack tricolore a été récompensé par un essai de pénalité (61e) et un maul conquérant conclu par Laure Touyé (64e).

Si tout n'a pas été parfait, à l'image de ce qu'elle a montré durant la phase de poules, l'équipe de France a eu le mérite de ne pas plonger dans le doute alors que le sort semblait vouloir l'enquiquiner. En demi-finales, le week-end prochain, elle devrait croquer dans un plus gros morceau, puisque c'est la Nouvelle-Zélande, opposée au pays de Galles en quarts ce samedi (8h30 heure française), qui lui semble destinée.

Le fait : quand la mêlée va...

Alors qu'elle se heurtait à la défense italienne, en même temps qu'à ses propres approximations, l'équipe de France a pu se raccrocher tout au long de la partie à son impressionnante mêlée. Le pack tricolore a concassé le paquet d'avants transalpin, récupérant des pénalités capitales pour occuper le terrain ou scorer par la botte appliquée de Caroline Drouin (4/5). Ce secteur de jeu, annoncé déterminant par Gaëlle Mignot dans la semaine, a aussi permis à la France d'inscrire un essai de pénalité à l'heure de jeu qui l'a complètement libérée par la suite, lui offrant un large succès.

Lire sur L'Équipe.fr

VIDÉO - CM 2022 : L'équipe d'Australie condamne les «souffrances» liées à l'organisation du Mondial