Les Bleus attendus aux Championnats d'Europe de breaking à Manchester

Carlota, ici aux Mondiaux 2021 à Paris, fera partie des Tricolores présents aux Championnats d'Europe. (B. Paquot/L'Équipe)

Deux semaines après des Championnats du monde de Séoul sans médaille, l'équipe de France de breaking se retrouve à Manchester, en Angleterre, pour les Championnats d'Europe (5-6 novembre), où le podium sera plus accessible.

Après un voyage à Séoul fin octobre, le clan tricolore poursuit sa fin de saison intense avec les Championnats d'Europe à Manchester avant de s'envoler vers les États-Unis la semaine prochaine pour certains d'entre eux. Outre-Manche ce week-end (5-6 novembre), l'équipe de France de breaking, à un an et demi des JO de Paris 2024, est en quête d'expérience, de confiance et forcément... de médailles.

« La France aurait pu faire mieux aux Championnats du monde à Séoul (deux tops 10), concède Abdel Mustapha, coordinateur de l'équipe de France. Le point positif, c'est qu'on est une des nations les plus représentées dans le top 32 mondial. Ça montre donc un gros niveau français. Après, c'est aussi dans la stratégie pendant la compétition que ça se joue. La jeune génération a encore de l'expérience à aller chercher à l'international. »


lire aussi

Breaking : six danseurs entrent à l'Insep pour préparer les JO de Paris 2024

Sur les six médailles mondiales possibles en Corée du Sud, on retrouve trois Japonais(e) s, une Chinoise, un Américain et un Canadien. Aucun b-boy et aucune b-girl du Vieux Continuent. Carlota, 8e des Mondiaux (et sortie par la future championne du monde japonaise Ami), a signé à Séoul la deuxième meilleure performance européenne derrière l'Italienne b-girl Anti. Kimie, 11e à Séoul, pointe à la 4e place européenne. Tous deux ont connu le podium à Montpellier, en mai, lors de la première compétition internationale comptant pour la qualification aux JO de Paris 2024. Le champion de France Dany Dann, 9e des Mondiaux, était à Séoul le 3e Européen derrière les Ukrainiens Kuzya et Gravity. De quoi espérer des médailles bleues à Manchester pour ces Championnats d'Europe, les premiers sous l'égide de la Fédération internationale (la WDSF).

Trop jeune pour participer aux Championnats du monde, ce sera également la première apparition internationale sous le maillot tricolore pour Syssy, 15 ans, la championne de France dans la catégorie des moins de 16 ans et grand espoir tricolore.


lire aussi

Toute l'actualité du breaking