Les Bleus confirment face au Japon et poursuivent leur série victorieuse

Toute la puissance du troisième-ligne centre tricolore Grégory Alldritt, défiant la défense japonaise, dimanche, au Stadium de Toulouse. (A. Mounic/L'Équipe)

Après son succès (35-17) devant les Japonais, dimanche, à Toulouse, le XV de France a fait carton plein durant les tests d'automne et améliore son record à hauteur de treize victoires consécutives.

Le match : 35-17

Après avoir battu de peu en fin de match l'Australie (30-29, le 5 novembre) et l'Afrique du Sud (30-26, le 12 novembre) lors de ces tests d'automne, le XV de France est parvenu à s'imposer en deux temps face au Japon. Carton plein donc et série de succès en cours à trois mois du Tournoi des Six Nations. Mais pendant une heure, avouons-le, ce fut laborieux. La faute au ballon glissant sous une pluie toulousaine battante, mais aussi au système de jeu tricolore basé sur la dépossession, c'est-à-dire la volonté de redonner le ballon et l'initiative du jeu à l'adversaire pour mieux le contrer.

À l'essai « flipper » de Damian Penaud plongeant le premier sur la balle échappée par son adversaire dans l'en-but à la suite d'une passe au pied rasante de Romain Ntamack (7e), a succédé tardivement celui du capitaine Charles Ollivon (36e) au soutien intérieur d'une inspiration de Maxime Lucu dans le côté fermé. Avec trois buts de pénalité signés Thomas Ramos, la France menait confortablement à la pause (21-3) mais sans avoir suscité beaucoup d'émotion et d'enthousiasme dans les travées du Stadium de Toulouse.

lire aussi : Le film de France-Japon

En seconde période, les Japonais ont trouvé l'intervalle dans la défense française pour inscrire leur essai (Saito, 42e). Avec la transformation de Lee, le score se serrait un peu (21-10) mais l'entrée de Matthieu Jalibert (blessure de Romain Ntamack) changea la donne offensive : il reprit son lob court, pénétra dans le camp nippon et, au bout de cette percée, Sekou Macalou offrit à Damian Penaud son doublé (60e, 28-10). Mais les Japonais répliquèrent immédiatement par leur pujissant ailier Siosaia Fifita (63e) grâce à une combinaison limpide derrière pénaltouche.

Après l'essai acrobatique refusé à Jonathan Danty (66e), le XV de France fit cavalier seul et, sur une nouvelle inspiration de Matthieu Jalibert au pied, Anthony Jelonch inscrivit le quatrième essai tricolore (73e), célébré par le public pro-toulousain, d'autant que Thomas Ramos avait ajouté sa transformation pour un total personnel de quinze points au pied. Cette performance d'ensemble du XV de France est loin d'être aboutie mais rendez-vous maintenant à Rome dans trois mois pour le coup d'envoi du Tournoi des Six Nations face à l'Italie (5 février, 16 heures).

Le joueur : Julien Marchand en marche avant

Remarquable de puissance dans les affrontements sur la ligne d'avantage, le talonneur toulousain Julien Marchand (27 ans, 24 sélections, 110 kg) a fait avancer son équipe sur chacune de ses interventions offensives. Mais il a surtout été précieux dans les rucks, au sol, grattant de nombreux ballons, autant de possibilités déniées aux Japonais. Un vrai match de leader. Remplacé à l'heure de jeu par son coéquipier de club, Peato Mauvaka.

Le fait : trop de pieds longs nuit au jeu

À la 55e minute, le public du Stadium de Toulouse siffla les Tricolores, coupables à ses yeux d'abuser du jeu au pied dit de « dépossession », cette frustrante matrice offensive du XV de France. Oubliant de relancer, de contre-attaquer, de développer des mouvements ballons en mains quand ils en avaient la possibilité, les Français abusèrent des dégagements dans l'axe. Heureusement, l'entrée en jeu de l'ouvreur Matthieu Jalibert à la 57e débrida les options offensives tricolores (essai de Penaud), choix de nouveau validé à la 73e par l'essai de Jelonch.

Lire sur L'Équipe.fr

VIDÉO - Rugby - Tests : Le résumé d'Écosse - Argentine