Les Bleus dominent le pays de Galles en match de préparation à la Coupe du monde

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Eloi Pélissier et les Bleus ont fait le travail. (Sy. Thomas/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour son dernier match de préparation sur le sol français avant la Coupe du monde en Angleterre dans quatre mois, l'équipe de France a dominé assez tranquillement le pays de Galles (34-10), dimanche au Stadium municipal d'Albi.

Le contrat est rempli pour les joueurs du sélectionneur Laurent Frayssinous. Huit mois après la défaite face aux vice-champions du monde anglais, les Bleus ont renoué avec la victoire en dominant le pays de Galles (34-10), au Stadium municipal d'Albi.

Tout n'aura pas été parfait pour ce dernier match de préparation sur le sol français avant le Mondial anglais (15 octobre-19 novembre), mais l'équipe de France, composée de nombreux jeunes joueurs - dont les demis Mourgue et Rougé -, a assuré l'essentiel en inscrivant six essais aux Gallois.

Sous la chaleur albigeoise, les partenaires du troisième-ligne Benjamin Garcia ont d'abord eu un peu de mal à rentrer dans la rencontre. Contrariés par un vent de face très violent, ils ne parvenaient pas à assurer la continuité du jeu, ni à s'appuyer sur un jeu au pied efficace. Et les quelques occasions étaient vite vendangées par excès de précipitation.

Garcia en leader

Mais Garcia, nommé capitaine en l'absence de Théo Fages (blessé), a montré l'exemple, à la 20e minute, en crochetant la défense galloise avant d'aller aplatir façon toupie malgré le retour de trois défenseurs. Un essai transformé par Arthur Mourgue (6-0).

Il faudra ensuite attendre la 35e minute pour voir les Bleus franchir à nouveau la ligne grâce à Mickaël Goudemand, tout en force, après une belle charge de Jordan Dezaria suivie d'une accélération du talonneur du Toulouse Olympique Eloi Pélissier (12-0, 35e).

« Il y a eu des erreurs, on a choisi de jouer contre le vent, on savait que ça allait être compliqué », avoua à la mi-temps Garcia au micro de Via Occitanie. « Je ne voulais pas qu'on prenne le dessus avec le vent et puis qu'après on galère. C'est tout un process, pour construire la victoire avec en point de mire la Coupe du monde où il faudra être performant de la 1re à la 80e face à des adversaires d'un autre niveau, explique Frayssinous, même s'il n'y a que 12-0 à la mi-temps, le score finale on l'a construit en première période. »

Le deuxième acte allait leur donner raison. Avec le vent et grâce à un bon travail des avants au centre du terrain, les Bleus sont enfin parvenus à imposer du rythme et à mettre à mal une défense galloise émoussée, pour inscrire quatre nouveaux essais.

lire aussi

Toute l'actualité rugby à XIII

Le premier par Eloi Pélissier, qui s'échappait derrière un tenu pour porter le score à 18-0 à la 43e. Imité moins de dix minutes plus tard par Benjamin Jullien, bien servi au large par Anthony Marion. Dans son sillage, l'arrière de Salford Morgan Escaré, seul joueur français à ne pas évoluer aux Dragons Catalans ou à Toulouse, allait conclure son magnifique match d'un exploit personnel (28-6, 59e). Avant que le Catalan Julian Bousquet ne parachève la victoire des Tricolores (34-6, 69e).

Quelques erreurs et trois blessures

Avec seulement quatre jours de préparation pour ce match international coincé entre deux journées de Super League, les Français ont fait le travail face à une équipe dont la plupart des joueurs n'évoluent qu'en Deuxième Division anglaise. Mais les deux essais gallois, lors des deux seules incursions des visiteurs dans le camp français - à la 50e par Butt et à la 75e par Dalton Grant (34-10) -, viennent ternir la prestation des joueurs de Laurent Frayssinous lors de la deuxième partie du match.

Autres ombres au tableau : les sorties sur blessure du jeune demi catalan Arthur Mourgue à la mi-temps, à nouveau touché à une cheville, et du Toulousain Romain Navarrete, un peu plus tôt. Le pilier Jordan Dezaria a, lui, ressenti une douleur à une cheville en fin de rencontre.

Laurent Frayssinous, sélectionneur des Bleus

« On a construit notre victoire et ça c'est plaisant. On devait être bons sur les bases, enchaîner les tenus rapides et ça a été fait. »

Des blessures, a priori sans grande gravité, qui n'entravent pas la satisfaction du sélectionneur après son premier succès à la tête des Bleus : « Au-delà de la victoire, on s'était fixés des objectifs avec les joueurs, notamment défensivement. Et franchement avec les conditions météo compliquées, le vent et la forte chaleur, on a été très très bien de ce point de vue là. Seul le dernier essai gallois m'embête un petit peu car on n'a pas été assez durs par rapport au contexte. Mais à part ça, on a construit notre victoire et ça c'est plaisant. On devait être bons sur les bases, enchaîner les tenus rapides et ça a été fait. »

Le sélectionneur n'aura maintenant plus que quelques petits stages et un match face aux Tonga en Angleterre, à la fin de saison anglaise, pour peaufiner son équipe avant le début de la Coupe du monde, le 25 octobre face à la Grèce. Les Bleus affronteront ensuite l'Angleterre, le 30 octobre et les Samoa, le 1er novembre. Deux victoires seront nécessaires pour réaliser l'objectif affiché d'atteindre les quarts de finale. Le compte à rebours est lancé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles