Bleus : mettre de l'essentiel dans le moteur

·1 min de lecture

Quelques semaines avant le début du Mondial 2018, alors que la France du foot commence à discuter du rôle d'Antoine Griezmann, un homme sort au front, poings en avant. Hugo Lloris, capitaine du navire, assume son étiquette de chef de meute, "dans la retenue et la protection du groupe", et sa fonction masquée : celle de passeur de messages. Extrait : "Antoine sait bien qu'il ne peut pas réclamer sa liberté, et dire : si ça va bien tant mieux et si ça ne va pas, je veux qu'on me laisse tranquille. Non. C'est Antoine Griezmann, il a un statut, il doit l'assumer. Moi, on m'a collé un statut de capitaine à un moment où je n'étais pas prêt, et il a bien fallu que je l'assume." Cette séquence est un exemple parmi d'autres. Depuis plus de dix ans, on connaît la musique : il suffit de regarder Lloris pour prendre la température de l'équipe de France.

Samedi, à Kiev, où les Bleus ont signé un cinquième match consécutif…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles