Bleus : plus qu'une marche à franchir afin de rejoindre le Qatar

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un bloc, trois lignes serrées, des hommes bleus qui peinent à démêler les fils d'un casse-tête, une nuit un peu fade et un public qui fait la moue. Depuis l'été 2012, date de l'arrivée de Didier Deschamps au poste de premier entraîneur de France, ce scénario a fait le tour du monde et il est possible de ressortir plusieurs épisodes de notre boîte à souvenirs. Pêle-mêle : la Géorgie en 2013, l'Albanie en 2014, en 2015, et à l'Euro 2016, tournoi où il y a également eu des batailles avec la Roumanie et l'Irlande, mais aussi l'Australie au Mondial 2018, la Hongrie au dernier Euro, et plus récemment la Bosnie... Généralement, lorsqu'il lui est demandé de prendre le contrôle d'une rencontre face à un adversaire réputé plus faible, l'équipe de France piétine, peine à engendrer de l'intensité et du rythme, et paie certains manques. Grave, docteur ? Pas tellement, lorsqu'on…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles