Bodyboard - Amaury Lavernhe : « Je suis très optimiste pour 2022 »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Entre pandémie mondiale, annulation des Championnats du monde et projection sur la saison 2022, le champion de bodyboard Amaury Lavernhe revient pour nous sur cette période très particulière.

« Comment avez-vous vécu cette période de pandémie en tant que sportif de haut niveau ? Avez-vous dû vous adapter d'une manière particulière ?
Bien sûr, j'ai été affecté d'une manière ou d'une autre. Les objectifs sportifs changent étant donné qu'il n'y a pas eu de Championnat du monde depuis 2019 et que l'année 2020 s'est déroulée sans compétition. Il y a eu des épreuves ponctuelles mais pas de véritable compétition. En 2021, il y a eu seulement deux étapes ponctuelles.

Donc le côté compétitif du sport, je l'ai rapidement mis de côté. J'ai préféré me concentrer sur mon académie, prendre du temps pour de nouveaux projets. J'ai donné beaucoup de cours particuliers, de perfectionnement. Du fait qu'il n'y ait plus de sports collectifs en salle à cause de la pandémie, il y a eu un vrai changement, beaucoup de parents cherchaient des sports de plein air pour leurs enfants. Je n'ai jamais autant travaillé avec mon académie que cet été. Habituellement, je ne reste pas beaucoup aux Canaries l'été.

lire aussi
Fronton King : Amaury Lavernhe s'incline en finale

Comment analysez-vous vos performances sur l'année 2021 ?
J'ai participé à deux épreuves, une à Sintra au Portugal et une autre a Fronton, aux Canaries. Les résultats que j'ai obtenus étaient assez moyens. J'ai fait des bonnes séries à Sintra mais je me sentais assez lent et un peu lourd. Techniquement c'étaient des vagues différentes de ce que j'avais l'habitude de faire. Il faut que je m'entraîne davantage pour des vagues de la sorte, des vagues de sables. Aux Canaries, il y a plus de vagues puissantes.

Comparé à certains concurrents, je me trouvais plus lent. J'ai quand même terminé 9e à Sintra. À Fronton, j'ai terminé 7e. J'ai fait une très belle compétition, j'ai gagné le prix de la meilleure manoeuvre de la compétition, j'ai fait des bonnes séries mais au moment où il fallait performer, je n'ai pas été assez bon. On s'est retrouvé très vite dans les séries avec les meilleurs internationaux et il n'y avait pas le droit à l'erreur. Si tu loupes une vague, c'est dur de revenir. Malheureusement j'ai fait quelques erreurs tactiques et à ce niveau-là, ça ne pardonne pas.

Quels seront vos objectifs pour le retour des Championnats du monde en 2022 ?
Cette année s'annonce très intéressante, il y a vraiment de bonnes étapes. On débutera en avril au Pérou, puis il y aura des étapes au Chili, au Brésil, au Mexique, en Afrique du Sud, au Portugal et en octobre aux Canaries. Comme en 2019, je n'ai fait que deux étapes, je suis sorti du top 24. Cela veut dire que je vais devoir prendre part aux qualifications des épreuves auxquelles je veux participer.

J'aurais peut-être une wild-card pour éviter les qualifications, il faudra bien l'utiliser. Je vais me concentrer sur les épreuves au Chili, au Mexique, au Portugal et aux Canaries. L'organisation du Tour a changé, j'ai eu un rendez-vous téléphonique avec des membres de l'organisation et c'est une belle année qui s'annonce, il y a une bonne dynamique et un vrai projet sportif.

Cette année sera donc un vrai challenge ?
Totalement. Ça serait super d'intégrer le top 24 et idéalement le top 16 en faisant quatre étapes sur dix. Si je fais encore mieux, ce serait un exploit. Je vais essayer de combiner la compétition avec ma famille et mon académie, notamment en organisant des stages durant les épreuves. Ce sera un vrai challenge. Je suis très optimiste pour cette année. »

lire aussi
Amaury Lavernhe : « Je suis de moins en moins en phase avec le Tour Pro »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles