Bordeaux-Bègles l'emporte sans éclat face à Castres

Dans ce combat des packs, c'est le talonneur girondin Maxime Lamothe qui a inscrit le premier des deux essais de cette rencontre, face à Castres, samedi. (N. Luttiau/L'Équipe)

Inefficaces devant l'en-but tarnais, les Bordelais sont parvenus à vaincre le Castres Olympique (33-12), grâce à 23 points au pied de Maxime Lucu, Mathieu Jalibert et Zack Holmes samedi, en ouverture de la troisième journée de Championnat.

Le match : 33-12

Même s'ils s'employèrent pour faire vivre le ballon et multiplier les temps de jeu, les Bordelais n'ont pas su transformer leurs attaques en actions gagnantes, si ce n'est après la sirène... Disputé sur un faux rythme, pollué par de trop nombreuses pénalités de chaque côté, ce match d'ouverture de la troisième journée n'a pas vraiment tenu ses promesses. Reste que l'UBB parvient enfin à remporter un match, et c'est bien tout ce que les supporteurs bordelais retiendront, venus en nombre à Chaban-Delmas sous un soleil estival.

En première période, considérant la domination girondine inefficace, il ne se passa pas grand-chose d'intéressant, si ce n'est la volonté affichée de l'UBB d'aligner les temps de jeu construits, certes tranchants, mais toujours mal terminés faute de maîtrise sur les premiers soutiens au sol en situation offensive. C'est ainsi que le score n'était que de 6-3, Mathieu Jalibert ayant aligné deux buts de pénalité (3e, 33e), avant que sur un ballon porté, le pack de l'UBB, épaulé par ses trois-quarts, n'envoie son talonneur Maxime Lamothe dans l'en-but tarnais (40e+2e).

lire aussi

Le film de Bordeaux-Bègles - Castres

Ainsi menés à la pause (11-3), les Castrais continuèrent à additionner les pénalités, de quoi permettre à Maxime Lucu d'ajouter trois buts (44e, 53e, 61e) pour donner un peu d'oxygène à son équipe (20-6), incapable de se dégager de l'étau tarnais. En composition très mixte, les Castrais n'eurent, de leur côté, qu'une occasion d'essai, et encore pas très franche, à l'heure de jeu, la passe de basketteur délivrée par Josaia Raisuqe se terminant par un en-avant de Filipo Nakosi...

La suite ne fut qu'une terne litanie de fautes et d'approximations, de buts de pénalité et de cartons jaunes (63e contre le pilier girondin Tameifuna, 72e contre le pilier castrais De Benedittis), jusqu'à ce que le puissant ailier international italien Frederico Mori parvienne à clore cette rencontre sur une note positive en débordant pour marquer sur l'ultime action (80e+1), spectaculaire certes, mais beaucoup trop tardive.

19

Le nombre de pénalité sifflée contre le Castres Olympique, dont dix en seconde période.

Le fait : quand l'UBB vendange ses temps forts

En première période et à sept reprises entre la 7e et la 35e, les Girondins se retrouvèrent dans la zone de marque, portés par des temps forts. Mais ils furent lourdement pénalisés, en particulier au sol, où les gratteurs tarnais furent les plus prompts à intervenir. En seconde période, les Bordelais ne sont parvenus à inscrire leur deuxième essai qu'au-delà du temps réglementaire (80e+1), gâchant auparavant deux occasions franches (59e, 66e).

lire aussi

Le calendrier de la 3e journée de Top 14