Bordeaux se saborde à Nantes, Nice redémarre, Metz s'enfonce encore

·3 min de lecture

Battu au terme d'un spectaculaire derby de l'Atlantique à Nantes ce dimanche après-midi (3-5), Bordeaux reste relégable avec Metz, défait sur sa pelouse par Brest (0-1). En battant Troyes dans le temps additionnel (1-0), Nice reste au pied du podium.

Balayée sur sa pelouse par Monaco samedi soir (1-4), l'AS Saint-Etienne, toujours barragiste à l'issue de cette 34e journée, attendait fiévreusement les résultats des six autres équipes également menacées par la relégation. Toutes, jouaient ce dimanche après-midi, dont quatre, à l'extérieur. Et chacune a connu des fortunes diverses.

Après avoir vu Lorient repartir avec une « manita » de Rennes un peu plus tôt (0-5), les regards se sont surtout vite braqués du côté du stade de la Beaujoire où Nantais et Bordelais ont offert un derby de l'Atlantique de toute beauté (5-3). Comme devant les Verts mercredi soir (2-2), les Girondins ont vite mené 2-0. Avant de se laisser de nouveau remonter deux buts, juste après le repos. Kwateng a redonné l'avantage à Bordeaux d'une superbe frappe dans la lucarne droite de Lafont, avant de... craquer encore deux fois en quatre minutes (72e et 76e).

lire aussi

Le film de Nantes-Bordeaux

Le destin semble décidément s'acharner sur les Girondins : après s'être vu refuser le but de la victoire pour un pied hors-jeu de M'Baye Niang face à Saint-Etienne quatre jours plus tôt, Jimmy Briand a, à la même minute (89e), vu son penalty repoussé par Lafont. Dans la foulée, Bukari a inscrit un cinquième but pour le FC Nantes (90e). Le retour de Benoît Costil dans la cage à la place de Gaëtan Poussin n'a donc pas changé grand-chose à la trop grande fragilité défensive des Bordelais.

Les voilà plus que jamais relégables en compagnie du FC Metz, dernier et de nouveau battu sur sa pelouse par Brest à l'issue d'un match qu'il a terminé à neuf (0-1). Avec un seul succès à Saint-Symphorien en 16 matches - le 12 décembre devant Lorient (4-1) - contre 7 nuls et 8 défaites, les Messins filent tout droit vers la L2.

13

Frédéric Antonetti (60 ans), l'entraîneur du FC Metz, vit actuellement la plus longue série sans victoire de sa carrière sur un banc de Ligue 1 (13 matches, 5 nuls et 8 défaites).

lire aussi

Le film de Metz-Brest

La Ligue 2, Troyes ne veut pas y retourner. Mais sa défaite dans le temps additionnel (90e+4) à Nice risque de lui faire très mal à la tête (0-1). Surtout que Benitez a sorti la tête de l'égalisation de Camara à la toute dernière seconde (90e+6). Contrairement à ses huit derniers déplacements, l'Estac n'est donc pas parvenu à marquer. Au contraire de Nice, donc. Et le but libérateur de Khephren Thuram vaut cher. Il permet aux Aiglons de rester au contact du podium, à deux points de Rennes, troisième.

lire aussi

Le film de Nice-Troyes

Clermont s'est, lui aussi, offert un final haletant. Mené 0-2 par Angers à vingt minutes de la fin, le promu auvergnat est parvenu à enchaîner un troisième match de L1 sans défaite (2-2). Grappiller un point lui permet d'en compter désormais deux d'avance sur les Verts. C'est toujours ça de pris.

18

À 18 ans et 95 jours, Mohamed-Ali Cho est devenu le quatrième plus jeune joueur à atteindre les 50 matches en Ligue 1, sur les 70 dernières saisons, après Basile Boli (17 ans et 305 jours), Alban Lafont (18 ans et 27 jours) et Eduardo Camavinga (18 ans et 68 jours). L'ailier gauche du SCO d'Angers a même fêté son entrée dans ce club très fermé en ouvrant le score à Clermont (36e), avant d'être exclu pour un deuxième carton jaune (74e) .

lire aussi

Le film de Clermont-Angers

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles