Bordeaux s'impose largement face au Paris FC et prend la tête de la L2

La joie des Girondins (B. Paquot/L'Equipe)

Larges vainqueurs la pelouse du Paris FC (3-1), ce samedi, les Girondins ont pris les commandes de la L2 à la faveur d'une meilleure différence de buts qu'Amiens. Josh Maja a inscrit un triplé.

On ignore où en seront les Girondins à dix journées de la fin - le rendez-vous fixé par leur président Gérard Lopez pour mesurer à quoi pourra vraiment prétendre le club bordelais - mais après sept journées, on sait : leaders de L2 à la faveur d'une meilleure différence de buts qu'Amiens (+ 10 contre + 2).

Pour son dernier match sans la moindre recrue (Barbet, Nsimba, Michelin, Davitashvili et Badji n'étaient pas qualifiés, ndrl), l'équipe de David Guion a envoyé un message à la concurrence en s'imposant facilement ce samedi sur la pelouse d'un autre prétendant à la montée, le Paris FC (3-1). Il n'y a pas eu photo entre les deux équipes, et la rencontre a confirmé qu'il ne serait pas simple de déloger les jeunes qui ont fait plus que le job depuis le début de la saison. Junior Mwanga - dans l'axe - et Malcom Bokelé - dans le couloir droit - dégagent toujours autant de solidité ; Dilane Bakwa fait toujours autant de différences ; tandis que Josh Maja s'est, lui, offert un triplé après avoir été muet durant les cinq premières journées.

lire aussi

Le film de Paris-FC - Bordeaux

Deux penalties convertis par Maja

Déjà buteur sur penalty mardi soir contre QRM (4-0), l'ancien attaquant de Sunderland a remis ça en transformant les deux penalties obtenus pour une main de Maxime Bernauer (21e) et une faute de Chergui sur Bakwa dès la reprise (52e). Il avait auparavant eu la bonne idée de faire mouche sur la première vraie situation des Bordelais, parfaitement lancé en profondeur par Bakwa (14e).

Alors qu'Aberth Elis (76e) et Lucas Rocrou (89e) auraient pu corser l'addition, les Girondins viennent d'inscrire sept buts en l'espace de deux rencontres. L'autre satisfaction de l'après-midi concerne sa solidité défensive qui ne se dément pas. Il y a parfois eu le feu dans le couloir gauche en fin de première période mais toujours le pied de Gregersen ou Mwanga pour repousser les centres parisiens. Et Bordeaux serait probablement revenu de son déplacement à Paris avec un nouveau clean sheet dans les valises si Gaëtan Poussin ne s'était pas manqué devant Morgan Guilavogui (79e). Le gardien bordelais, prolongé vendredi jusqu'en 2025, avait déjà été sauvé par son poteau sur une frappe d'Alimami Gory (68e). Pas de quoi gâcher l'après-midi des Bordelais.

lire aussi

Le classement de la L2