Bordeaux: Sousa, un an de "turbulences" et de "promesses non tenues"

RMC Sport

On lui avait vendu un projet ambitieux. Une équipe compétitive capable de disputer les places européennes et de jouer la Ligue des champions "d’ici 3 ans" selon Joe DaGrosa, le boss du fonds d’investissement GACP. En arrivant à Bordeaux, Paulo Sousa signe un contrat longue durée de trois ans et demi. Le Portugais vient pour s’inscrire dans la durée, séduit par Eduardo Macia, le directeur sportif, qui l’a convaincu de rejoindre l’aventure girondine. Un an après, les ambitions ont bien changé.

DaGrosa et GACP sont partis. Les investissements importants promis lors des deux derniers mercatos n’ont pas eu lieu (seulement 17 millions d’euros investis sur le marché des transferts). "Il est déçu car le projet est un mensonge, un mensonge complet", souffle ses proches. "Comment je peux résumer cette année en quelques mots..., a entamé Paulo Sousa en conférence de presse. Turbulences. Beaucoup de promesses non tenues. Beaucoup d'incertitudes dans différents domaines avec des problèmes pas encore résolus."

L’ancien d’entraîneur de Bâle n’a pas manqué de réclamer des joueurs, de signaler les manques de son effectif mais King Street, le propriétaire, souhaite avant tout résorber la dette du club. Les relations sont même arrivées à un point de non-retour avec Frédéric Longuépée, le président des Girondins, depuis que le club a essayé d’avoir un droit de regard sur une interview donnée par Sousa à nos confrères du...

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi