Bosnie - France : les années Ligue 1 de Miralem Pjanic, chef d'orchestre made in France

Andréa La Perna
·1 min de lecture

Il aurait pu être aligné par Didier Deschamps, mais c'est évidemment la Bosnie-Herzégovine qu'il guidera mercredi 31 mars, bien décidé à faire tomber le champion du monde de son piédestal. Miralem Pjanic le rappelait d'ailleurs au micro de Canal + en novembre dernier : "J'aurais pu jouer pour l'équipe de France quand je suis arrivé à Lyon (en 2008). Domenech m'avait appelé, mais j'avais déjà pris ma décision". À l'époque âgé de 18 ans, le milieu de terrain avait poliment rejeté les avances tricolores, mais aussi celles du Luxembourg, où il a grandi jusqu'à ses 14 ans.

Né en Bosnie, élevé au Luxembourg et formé en France

"Mon rêve, c'était la Bosnie. Je sais ce que mon pays a vécu, et voir des supporters aussi fanatiques, pour moi, c'est quelque chose. J'aurais eu mal au coeur que, de l'autre côté, la Bosnie regarde un des siens jouer pour l'équipe de France", s'est justifié celui qui est né à Zvornik en ex-Yougoslavie, ville tristement connue pour les massacres qui ont fait près de 4000 morts entre 1992 et 1995. Des massacres que sa famille avait réussi à fuir juste avant l'explosion de la guerre pour rallier l'Allemagne, puis le Luxembourg.

Après...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi