Bottas et son chat noir : "Je préfère en rire !"

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

, malgré une course de moins pour ce dernier lors d'une campagne qui n'en comptait "que" 17.

Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1

Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1<span class="copyright">Steve Etherington / Motorsport Images</span>
Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1Steve Etherington / Motorsport Images

Steve Etherington / Motorsport Images

"Parfois, ça se jouait vraiment à pas grand-chose – que ce soit les qualifications, la stratégie que je voulais ou qu'il voulait en course. Dans ce sport, la différence de points peut paraître très grande, mais en fin de compte, ça se joue à pas grand-chose et je n'ai pas été capable d'être aussi régulier que Lewis au meilleur niveau cette année. Je vais continuer de m'efforcer de m'améliorer là-dessus pour l'avenir, car je sens que je progresse chaque année. Cela me donne de l'espoir et de la motivation, surtout pour l'an prochain."

Bottas ne veut toutefois pas minimiser l'impact de la malchance qu'il a subie en 2020, et révèle à ce sujet une anecdote étonnante : "J'ai une résidence dans le sud de la France, et il y a un chat noir qui vient tous les jours, donc j'ai commencé à le nourrir et il ne cesse de revenir. Je peux vous promettre que je ne vais plus nourrir ce chat noir !"

Je ne vais plus nourrir ce chat noir !

Valtteri Bottas sur le chat qui lui rend visite

"Si je devais faire la liste de toute la malchance que j'ai eue en course cette année, elle serait assez longue. Devrais-je en pleurer ou en rire ? Je préfère en rire. Parmi ces choses-là, il y en a auxquelles on ne peut rien faire, et je ne suis pas superstitieux. Ce que je disais sur le chat, c'était une blague. Ça arrive, c'est tout. On peut avoir une série de malchance, qui peut durer des années ou être brève. J'espère que les choses s'équilibreront à un moment. Ce serait bien."

Bottas ne cache pas être un peu usé par la confrontation avec le redoutable Lewis Hamilton mais se satisfait des résultats obtenus… en attendant mieux. "Pour un pilote qui fait partie de la meilleure écurie de la saison, être deuxième ne peut pas être si satisfaisant que ça. Mais c'est quelque chose de pouvoir contribuer à l'équipe cette saison, d'avoir remporté le quatrième titre des constructeurs avec moi dans l'équipe et le septième d'affilée pour nous."

"[Deuxième], c'est mieux que d'être troisième, c'est sûr. J'imagine que j'aurai un petit trophée à ramener à la maison, et je suis sûr que quand je serai vieux et j'aurai les cheveux gris, je pourrai me dire 'j'étais second cette année-là'. Mais j'espère avoir un plus grand trophée un jour", conclut-il.

Propos recueillis par Luke Smith et Alex Kalinauckas