Boulogne-Levallois a encore profité d'un Victor Wembanyama de gala dans le derby

Victor Wembanyama a une nouvelle fois porté son équipe vers la victoire en Championnat. (E. Garnier/L'Équipe)

Porté par son joyau Victor Wembanyama, intenable face à son club formateur (30 points) lors du derby dimanche soir, Boulogne-Levallois a rejoint Cholet en tête du classement.

Le « Wemby Tour » a repris son cours. Après deux semaines d'interruption pour cause de trêve internationale, qui lui a notamment permis d'enfiler pour la première fois de sa prometteuse carrière le maillot de l'équipe de France - sésame pour la Coupe du monde 2023 à la clé -, le prodige français Victor Wembanyama (18 ans, 2,21 m) se produisait de nouveau sous la tunique de Boulogne-Levallois, dans un palais des sports Marcel-Cerdan comble, personnalités (Nicolas Anelka, Lionel Jospin, Fabrice Eboué ou encore Roschdy Zem) comprises.

Avec des airs de pièce de théâtre parisienne, la vitrine accrochée sur la façade de l'enceinte levalloisienne s'accompagnant d'un sticker « complet » pour le derby programmé face à Nanterre. Pour s'offrir le droit de s'immiscer parmi les 2 800 privilégiés des matches à domicile du club francilien, et donc de poser les yeux sur le phénomène Wembanyama, mieux vaut désormais anticiper.

lire aussi : Décryptage : pourquoi Victor Wembanyama est un joueur hors norme

L'affrontement sonore entre les deux voisins - un kop de deux cents gamins surexcités faisant face aux supporters visiteurs plus expérimentés - a bien failli tourner court sur un improbable 17-0 (puis 20-2, 5e) permis par une JSF dépassée par les événements. Le piège parfait, finalement, pour des locaux atteints de jeunisme et quasiment repris à la pause (47-43, 20e).

« Je suis content car j'ai eu l'impression de gagner le match deux fois », plaisantait l'entraîneur de Boulogne-Levallois, Vincent Collet à l'issue de la soirée, inquiet surtout d'avoir rapidement perdu son pivot Ibrahima Fall Faye sur blessure (genou).

Wembanyama bourreau de ses maîtresFace à l'abnégation d'une escouade plombée ces derniers jours par les blessures et à peine renforcée par le revenant J.J. O'Brien (ex-Monaco, 13 points), les Metropolitans courbaient l'échine sans plier. Surtout lorsque leurs adversaires passaient deux fois en tête (66-67, 32e, et 78-79, 35e). Auteur dans la foulée du panier qui offrait définitivement l'avantage à Boulogne-Levallois (80-79), Wembanyama avait depuis l'entame du dernier acte changé le script et retrouvé son premier rôle.

Tenue à 15 points, la pépite biberonnée au basket nanterrien entre 2014 et 2021 finissait avec 30 unités au compteur (9 rebonds et 5 contres), affichant une énième fois sa capacité à ingurgiter les consignes et à s'adapter. « Nanterre a réussi à l'éloigner du panier, il a compris sur la fin de match qu'il fallait y revenir, félicitait Collet. Ses dernières actions sont le témoin de sa maturité. » Et d'ajouter, rieur : « Je lui ai dit : s'il était déjà parfait, ce ne serait pas drôle ! »

lire aussi : Victor Wembanyama : « Il faut choquer, toujours choquer »

« Je l'ai côtoyé huit ans chez nous, je ne suis pas surpris », soufflait par ailleurs Pascal Donnadieu, l'entraîneur de Nanterre, satisfait de voir son ancien poulain s'épanouir après une année frustrante à Villeurbanne.

À l'issue d'une partie remportée au bout de quelques coups de sifflet polémiques (92-85), les Metropolitans, invaincus depuis sept matches, ont rejoint Cholet au sommet du classement. À la faveur, aussi, de la défaite surprise de Monaco, à domicile, contre Limoges (80-84). Voilà leur statut d'équipe à battre renforcé. « On a cette étiquette depuis un moment », balayait le meneur Tremont Waters (21 points), lui aussi précieux. Mais sa troupe ne défendra pas le trône à tout prix. « Nous n'avons pas encore joué les quatre plus grosses équipes du Championnat, tempérait Collet. L'Asvel, Monaco, Dijon... et Cholet. On va surtout essayer d'avoir une équipe complète pour la suite. » Prochaine représentation samedi prochain à Nancy.

lire aussi : Le classement de la Betclic Élite