Bourges domine une deuxième fois l'Asvel et se rapproche d'un quinzième titre de champion de France

Iliana Rupert a su mener son équipe de Bourges pour mener 2-0. (A. Réau/L'Équipe)

Après une première mi-temps équilibrée, le Tango Bourges a aisément pris l'ascendant sur l'Asvel féminin mardi soir pour remporter la deuxième manche de la finale de ligue féminine (78-62). Les Berruyères sont à une victoire du sacre.

La marche était encore trop haute pour l'Asvel féminin, battu au Prado de Bourges mardi soir pour la deuxième manche de la finale de ligue féminine (78-62). Voilà l'équipe du président Tony Parker menée 2-0, et tandis que la série se poursuivra du côté de Lyon samedi, les filles de Pierre Vincent n'auront pas le choix : une nouvelle défaite offrirait le titre aux Berruyères.

Les vingt premières minutes de ce deuxième affrontement ont laissé penser que les ajustements imaginés par les visiteuses allaient offrir une partie plus équilibrée. En cruel manque de réussite à trois points (0/9 à la pause), Marine Johannès (7 points) et les siennes sont restées dans le coup en s'appuyant sur leur intérieure Kayla Alexander, impeccable sur les deux premiers quarts (17 points à 7 sur 7 au tir, 2 contres).

5 %

L'Asvel a terminé la partie avec un minuscule 5 % de réussite à trois points : 1 sur 20 !

En retrouvant une assise défensive bien plus stable, tout en se libérant offensivement (26-16 dans le 3e quart), Bourges a alors franchement accéléré après la pause. Pendant qu'Alexander était parfaitement contenue (2 points seulement après la mi-temps), Iliana Rupert faisait admirer sa polyvalence, alternant entre shoots à trois points et tirs mi-distance (16 points à 6 sur 14 au tir, 7 rebonds).

L'Asvel entre pertes de balle et adresse catastrophique

En face, les Lyonnaises balbutiaient leur basket en attaque, et subissaient l'écart de niveau trop visible au rebond (18 prises offensives contre 7). Cette deuxième sortie n'a pas permis de régler les soucis de gestion des possessions (13 passes, 11 balles perdues) tandis que l'adresse famélique à trois points n'arrangeait rien (1 sur 20).

Sous les ovations d'un public qui achevait la soirée sur une ola, les protégées d'Olivier Lafargue pliaient assez facilement la rencontre. Les championnes d'Eurocoupe ont profité de ces deux premiers duels pour signifier que dans cette finale, les deux équipes engagées ne luttent pas à armes égales.

lire aussi

Calendrier des play-offs de LFB

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles