Bourse : les valeurs technologiques vont-elles prendre leur revanche en 2023 ?

Caroline Purser/Getty Images

2022 sera vraisemblablement une année à oublier pour les valeurs technologiques, après un rally phénoménal en Bourse entre le creux majeur de mars 2020 et décembre 2021. Il faut dire que les valeurs technologiques, assimilées à des valeurs de croissance, ont payé le prix fort du phénomène de remontée fulgurante des taux à long terme (particulièrement nocif pour la valeur théorique en Bourse des valeurs de croissance) depuis 2021.

Et entre les pressions sur l’économie et les tensions sur les salaires, les perspectives de profits pour 2023 des valeurs technologiques ont été révisées en forte baisse. Alors qu’une croissance à deux chiffres l’an prochain était encore espérée par les analystes en juin dernier, pour les valeurs technologiques de l’indice actions phare S&P 500, “ils s’attendent désormais à une contraction de 1,3%”, rapporte Jean-Charles Gand, analyste technique en chef chez Market Securities.

“Habituellement, les valeurs technologiques connaissent une progression assez fiable. Mais l'année 2022 a été turbulente pour les marchés actions et les valeurs technologiques ont sous-performé les indices boursiers larges (S&P 500, etc., NDLR), sur fond d'évolution de la demande des consommateurs et de hausse des taux d'intérêt”, relève Stéphane Monier, directeur des investissements chez Lombard Odier, pour qui les valorisations des valeurs technologiques “sont en cours d'ajustement, le marché intégrant les prévisions de croissance pour 2023”.

>> Achetez et vendez vos placements (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : CAC 40, Orange, FDJ, LVMH, Hermès, ether… au programme de Momentum cette semaine
Etats-Unis - Chine : “les Démocrates comme les Républicains veulent une approche dure”
Code RH - «Anticipation, agilité et communication : les clés de succès des opérations de restructuring»
Dans les Ardennes, un pont qui "ne mène à rien" fait parler de lui
Crise énergétique : le nouveau PDG d'EDF appelle les salariés à se "mobiliser"