Bouwman s'impose sur la 19e étape du Giro au Castelmonte, Carapaz reste en rose

Le Néerlandais Koen Bouwman, meilleur grimpeur du Giro, a remporté ce vendredi le sprint d'un groupe de cinq échappés au sommet du sanctuaire de Castelmonte, au terme d'une 19e étape de montagne où les leaders se sont neutralisés à deux jours de l'arrivée.

Le Néerlandais de la Jumbo-Visma Koen Bouwman a fait honneur à son maillot de meilleur grimpeur sur ce Giro en remportant sa deuxième étape, ce vendredi, au sommet du Sanctuaire de Castelmonte. Il a attendu les 200 derniers mètres pour lancer le sprint, au bout des 7 km d'une dernière ascension escamotée par les cinq échappés, qui comptaient 8 minutes d'avance au pied et se sont longuement observés. À 150 mètres de la ligne, Bouwman a pris l'ultime virage à 90° en tête, secret de sa victoire du jour.

Koen Bouwman

« Je ne peux pas demander mieux, je suis tellement heureux. On m'avait parlé du dernier virage et je savais qu'il fallait que je sois placé »

« L'objectif de la journée était de sécuriser le maillot bleu (de meilleur grimpeur) et là, il y a une deuxième victoire en plus, je ne peux pas demander mieux, je suis tellement heureux, a commenté Bouwman. On m'avait parlé du dernier virage et je savais qu'il fallait que je sois placé. »

Loin derrière, les leaders, qui avaient gravi le col du Kolovrat (10 km à 10 %) sans s'attaquer, ont attendu la dernière ascension pour s'expliquer. Le Franco-Russe Pavel Sivakov a d'abord roulé pour son leader, le maillot rose Richard Carapaz, qui a ensuite placé une accélération à 2 km du sommet.

Puis son dauphin au général, Jai Hindley (Bora), et le 3e, Mikel Landa (Bahrein), ont également tenté leur chance. Mais ces trois-là, clairement au-dessus du lot, n'ont pu se distancer et Carapaz conserve ses trois secondes d'avance sur l'Australien et sa grosse minute (1'05'') sur l'Espagnol.

lire aussi

Toute l'actualité du Giro

« C'était une journée très difficile, a commenté Carapaz (son coéquipier Richie Porte a abandonné). J'ai essayé d'attaquer mais les forces sont à peu près les mêmes et le final n'était pas si dur pour faire des différences. Demain (samedi), on arrivera en haute altitude et j'aime beaucoup ça. »

Le destin de ce Giro très incertain se jouera donc ce week-end lors de la dernière grande étape de montagne samedi vers le Passo Fedaia puis le contre-la-montre final de 17,4 km dans Vérone dimanche.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles