Boxe - Lourds - WBC - Tyson Fury, toujours champion WBC des lourds après un « affrontement qui aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre » face à Deontay Wilder

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Boxe - Lourds - WBC - Tyson Fury, toujours champion WBC des lourds après un « affrontement qui aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre » face à Deontay Wilder
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Tyson Fury a conservé son titre WBC des poids lourds, samedi à Las Vegas, en battant par K.-O. Deontay Wilder à la 11e reprise. L'Anglais a glissé quelques savoureux commentaires sur sa victoire, mais a aussi reconnu que son adversaire a eu sa chance. Aussitôt après avoir battu Deontay Wilder et conservé son titre de champion WBC des poids lourds, Tyson Fury s'était lâché, commentant sa victoire à sa manière : « Comme l'a dit le grand John Wayne, je suis fait de fonte et d'acier, bébé ! » ou encore, en référence à ses deux voyages au tapis, « mon Seigneur, mon sauveur m'a relevé pour que je lui rende gloire » et « j'ai toujours dit que j'étais le meilleur au monde et que (Wilder) était le deuxième meilleur ». Lors de la conférence de presse, Fury a encore évoqué sa victoire, de façon plus posée, cette fois. « Racontez-nous comment vous avez vécu ce combat, que nombreux considèrent déjà comme l'un des plus grands de l'histoire des poids lourds ?
C'était un affrontement très serré, qui aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre. Mais, même quand les jeux semblaient faits, j'ai toujours tenu parole, 33 fois de suite (il est invaincu en autant de combats, avec 32 victoires et un nul contre Wilder lors de leur premier combat en 2018). Je n'ai jamais abandonné. Je me suis entraîné dur, j'ai tout donné et j'ai gagné. Je l'ai frappé d'une droite fracassante à la tempe et, des coups comme ça, ça met fin à des carrières. J'espère juste qu'il va bien (Deontay Wilder a été amené à l'hôpital par précaution). Je l'ai vraiment malmené ce soir (samedi). Mais, quand il vous met au tapis dans le quatrième round, avez-vous eu peur que ce soit fini ?
Si tu rates ton coup, quand tu joues avec le feu, tu te brûles. J'ai fait trois combats avec le plus grand cogneur de l'histoire de ma catégorie (avec une première victoire en 2020). Il m'a eu deux fois (samedi). Mais je ne me suis jamais dit "oh, oh, c'est fini". Je me suis dit "OK, un bon coup d'encaissé, mais je vais te reprendre dans une minute", et je l'ai fait. Il m'a secoué et m'a mis à terre, mais c'est ça, la boxe. Et c'est ça, la vie aussi - peu importe le nombre de fois où vous êtes mis à terre, il s'agit de se relever. Tyson Fury « Je suis le meilleur combattant de mon époque » Quels mots avez-vous eus pour Wilder après ce combat titanesque ?
On s'est battus comme deux guerriers. Je suis allé lui serrer la main pour lui dire "bravo" et il m'a répondu "non, je ne te respecte pas". Alors je lui ai dit "mais comment peux-tu dire que j'ai triché (l'Américain l'avait accusé d'avoir lesté ses gants lors du précédent combat), alors que tu sais au fond de ton coeur que tu as été battu à la loyale ?". C'est un mauvais perdant ou quoi ? Je me suis comporté comme un gentleman tout au long de ma carrière et c'est tout ce que je peux faire. Fury : « J'ai toujours tout donné, à 100% » Où vous situez-vous dans le panthéon des poids lourds ?
J'ai toujours été de ceux qui pensent qu'on ne peut pas se battre contre les champions du passé. Je ne manque donc jamais de respect à aucun d'entre eux. Je ne peux battre que les gens de mon époque et je l'ai fait toute ma vie. Je n'aime pas me mesurer aux combattants du passé, car c'est un fantasme, pas la réalité. Disons simplement que je suis le meilleur combattant de mon époque et que je ne peux battre que les meilleurs de mon époque. Et c'est ce que je fais. Tyson Fury » « Il y a toujours un moyen de battre Tyson Fury, mais ce moyen, c'est de m'assommer » Qui admirez-vous chez les poids lourds ?
Il y a une longue lignée, qui remonte à John L. Sullivan, Jack Dempsey, Mike Tyson, Lennox Lewis, Mohamed Ali, George Foreman, Ken Norton, Joe Frazier, les frères Klitschko. Il y en a eu tellement, de grands champions. Sans vouloir faire le malin, je me place au sommet de la pile. Je crois que je peux battre n'importe qui dans l'histoire. Après, il y a toujours un moyen de battre Tyson Fury, mais ce moyen, c'est de m'assommer. Un combat d'unification face à l'Ukrainien Oleksandr Usyk est désormais possible.
Nous verrons bien. Je vais prendre une pause bien méritée, avant de penser à me battre à nouveau. Je vais savourer ma victoire. Parce que c'est l'une de mes plus belles. Je voulais un K.-O.. Wilder est un dur à cuire. Il a eu du coeur pour continuer et s'est fait sévèrement punir. Moi aussi, j'ai été très malmené. C'était un grand combat. » Arum enthousiaste Légendaire promoteur de boxe, Bob Arum (89 ans) a apprécié le combat livré samedi par Tyson Fury et Deontay Wilder. « En 57 années de métier, je n'ai jamais vu un combat des lourds aussi magnifique que celui-ci », a-t-il déclaré. (AFP)

lire aussi Une vie de Tyson Fury (1/3) : le démon du noble art lire aussi Une vie de Tyson Fury (2/3) : les gants du voyage lire aussi Une vie de Tyson Fury (3/3) : le côté obscur de sa force

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles