Boxe - Super-moyens - Christian Mbilli affrontera l'Ukrainien Khytrov le 18 mars à Porto-Rico

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le super-moyen français Christian Mbilli, qui vient de finir sa quarantaine à Montréal, affrontera son plus dur adversaire, l'Ukrainien Ievgen Khytrov, le 18 mars à Porto-Rico. Dans un dix rounds de poids super-moyens (-76,203 kg), Christian Mbilli (25 ans, 17 victoires, dont 16 avant la limite, 0 défaite) affrontera l'Ukrainien Ievgen Khytrov (32 ans, 20 v., dont 17 avant la lim., 2d.) le 18 mars prochain à Porto-Rico. Champion du monde amateur en 2011, Khytrov est pro depuis décembre 2013 et vit à New York. « Il a eu une grosse carrière amateur et a fait partie de la légendaire équipe d'Ukraine avec Vasyl Lomachenko et Oleksandr Usyk, commente le jeune Français. En plus d'être puissant, il n'arrête pas d'avancer en donnant des coups. Ce sera mon plus dangereux adversaire jusqu'à présent. Même si j'ai confiance en ma victoire, elle est loin d'être acquise. »

Dirigé par le promoteur canadien Camille Estephan, Mbilli se préparera comme à son habitude à Montréal, où sa quarantaine de deux semaines s'est terminée ce mercredi. « Le temps est passé plus vite que je ne le pensais, souligne le quart de finaliste olympique 2016. Mes occupations ont été assez simples. Le matin, c'était lecture, télé et un peu d'internet. L'après-midi, de 16 à 17h30, c'était entraînement, bien sûr tout seul dans le petit appartement que j'avais loué avant de partir de Paris. Et je me faisais livrer tous mes repas. » lire aussi Christian Mbilli s'engage avec Eyes of the Tiger Mbilli, qui a rejoint ce mercredi un appartement plus loin, entamera dès jeudi sa préparation avec son entraîneur Samuel Décarie. « Cela me fera six semaines, remarque le super-moyen français. Il n'y a rien de trop. Mais, quand je suis arrivé à Montréal, je n'étais même pas sûr d'être autorisé à entrer au Canada. Je venais d'avoir deux visas : un de résidence permanente, un de travail, mais le Canada a fermé ses frontières et ne laisse pas entrer les détenteurs de nouveaux visas. Mais cela s'est heureusement bien passé pour moi. » Autre bonne nouvelle pour Mbilli, la température. « Il ne fait que -1, se réjouit-il. La semaine dernière, il y avait -22 de ressenti. Quand je prenais l'air à la fenêtre, je rentrais vite. »