Boxe - Welters - Manny Pacquiao sans solution face à Yordenis Ugas

·3 min de lecture

Gêné par le jab du Cubain Yordenis Ugas, Manny Pacquiao s'est incliné aux points dans la nuit de samedi à dimanche à Las Vegas dans le combat pour la ceinture mondiale WBA des welters. À 42 ans, il a peut-être fait sa dernière apparition sur un ring. Évidemment, presque tous les 17 438 spectateurs de la T-Mobile Arena ont hué la décision des trois juges et la victoire à l'unanimité de Yordenis Ugas. Ils étaient venus à Las Vegas voir Manny Pacquiao remporter un nouveau titre chez les welters et livrer peut-être son ultime combat mais la ceinture WBA reste sur les hanches du Cubain et il n'y a pas grand-chose à y redire.

Le Philippin (62 victoires, 2 nuls et désormais 8 défaites), neuf centimètres de moins et sortant d'une pause de 25 mois, n'a pas réussi à contrer la stratégie de son adversaire, s'appuyer sur son jab du gauche et lancer son crochet du droit dès que « Pacman » s'approchait. Il aurait fallu que la superstar cherche plus d'angles et soit plus mobile mais ses jambes de 42 ans ne le lui ont pas permis. « Je ne sais pas. Laissez-moi d'abord me reposer et me relaxer », a répondu Pacquiao quand on lui a demandé s'il s'agissait de son dernier combat après l'annonce de la victoire d'Ugas (27 victoires, 4 défaites). Le sénateur devrait confirmer le mois prochain sa candidature à l'élection présidentielle des Philippines programmée en mai 2022, réduisant la fenêtre pour un 73e combat professionnel. Le visage de Pacquiao martelé par le jab du gauche d'Ugas Arrivé dans la salle comme à son habitude sur la chanson « Eye Of The Tiger » et marchant au milieu d'un mur d'écrans retraçant sa longue carrière, « la fierté des Philippines » a bien démarré le combat. Plus agressif, il a remporté le premier round avec l'énergie qui le caractérise en enchaînant les combinaisons. Mais ses coups se sont souvent heurtés à un mur, Ugas tenant fermement sa garde. Devant Thomas Hearns, Caleb Plant et son compatriote Luis Ortiz, le Cubain a martyrisé le visage de Pacquiao avec son jab du gauche, trouvant les yeux, le front, le nez, le cou et à près tout ce que la tête de son adversaire avait à offrir. L'écran géant au-dessus du ring n'en finissait plus de montrer la femme de Pacman se cachant les yeux. Yordenis Ugas « Je veux remercier Manny Pacquiao pour cette opportunité » Quand le « guerrier de Dieu » (les mots inscrits sur son T-shirt à son entrée sur le ring) trouvait l'ouverture, il ne donnait pas l'impression de faire mal à Ugas et quand il se manquait, c'est un crochet du droit qui l'attendait, le faisant reculer presque à chaque fois. Signe de la confiance de l'appliqué Cubain, ce mouvement provocateur d'épaules, rare moment de fantaisie, à la toute fin du septième round. « Je veux remercier Manny Pacquiao pour cette opportunité. Je suis le champion WBA ! », s'est réjoui Ugas, montrant son respect au Philippin en s'inclinant devant lui après le combat. En janvier, la WBA avait retiré le titre de super champion des welters à « Pacman », absent des rings depuis juillet 2019, pour le donner au Cubain. La décision avait agacé Pacquiao mais cette victoire d'Ugas met fin au débat. Dans la salle, les fans ont continué à acclamer leur héros alors qu'il rentrait aux vestiaires. Le monde de la boxe attend désormais la décision de l'une de ses légendes. Stop ou encore. lire aussi Qui est Yordenis Ugas ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles