Le Brésil se promène contre la Tunisie en amical

Le Brésil s'est facilement imposé ce mardi au Parc des Princes (5-1) face à la Tunisie, réduite à dix en fin de première période et adversaire des Bleus à la Coupe du monde. Raphinha a réalisé un doublé, Neymar a marqué sur penalty.

Après avoir déjà plié son premier de préparation, au Havre face au Ghana (3-0), dès la première période, le Brésil n'a pas fait de détails, ce mardi soir, pour son second galop d'essai en France.

lire aussi

Le film de Brésil - Tunisie

Dépassée émotionnellement et techniquement, la Tunisie, qui affrontera l'équipe de France le 30 novembre, a été essorée lors de la première demi-heure de jeu, l'égalisation de Talbi sur un corner de Ben Slimane (18e) n'étant qu'une anecdote vite effacée par le second but brésilien, de Richarlison (19e). Raphinha (11e, 40e) et Neymar (29e, sur penalty) ont accompagné l'attaquant de Tottenham dans une guerre éclair dévastatrice, et l'expulsion de Bronn (42e), pour un geste plus stupide que dangereux sur Neymar, a sonné le glas officieux d'une rencontre déséquilibrée. Côté tunisien, seule la paire Skhiri-Laidouni a surnagé.

Le joueur : Raphinha, une efficacité redoutable

Auteur d'une performance mitigée contre le Ghana, l'ailier du FC Barcelone, positionné sur le flanc droit de l'attaque brésilienne et sans réel pendant de l'autre côté (Paqueta a été préféré à Vinicius), a étalé une justesse technique remarquable. Sa tête lobée, sur une ouverture de Casemiro, est parfaitement réalisée (11e), et son tir du gauche, clinique, surprend un Dahmen un peu tendre sur son côté fermé, sur l'action du 4-1, avec l'aide du poteau. Il est aussi l'auteur d'une passe décisive pour Richarlison (19e), mais on notera sur ce coup l'alignement désastreux de Dräger, le latéral droit tunisien couvre tout le monde.

24/29

Ce mardi, le Brésil a signé sa 24e victoire sur les 29 dernières rencontres disputées (pour seulement deux défaites depuis le printemps 2019).

L'ambiance : électrique

Si, pour la communauté tunisienne de France, il s'agissait d'une rencontre de gala, elle a aussi pris, parfois, une tournure hostile. Les Brésiliens ont été sifflés pendant un rapide échauffement, puis l'hymne auriverde a été conspué. En transe, les Tunisiens ont exulté sur chaque début d'action de leur équipe, à commencer par les simples dégagements de Dahmen, mais l'ambiance a été lourde, très vite.

Lasers incessants sur Neymar au poteau de corner ou Alisson dans sa surface, au point que l'arbitre demande une intervention du speaker, jets de projectiles et d'une banane sur Richarlison après son but ou sur Neymar en seconde période (bouteilles, briquet, à la 55e), et début de bagarre en toute fin de rencontre. La fête a été un soupçon gâchée, comme sur le terrain d'ailleurs.