Bradley Wiggins révèle avoir été agressé sexuellement à l'adolescence

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans une interview au magazine « Men's Health » à paraître mercredi, où il revient en détail sur son enfance difficile et sa tendance dépressive, Bradley Wiggins révèle avoir été sexuellement abusé par un entraîneur alors qu'il n'avait que 13 ans.

Dans un entretien au magazine Men's Health UK, à paraître ce mercredi, Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012 et quintuple médaillé d'or olympique, a longuement évoqué son enfance difficile, ses problèmes de dépression et, pour la première fois, il raconte un épisode traumatisant : « Quand j'avais environ 13 ans, j'ai été sexuellement abusé par un entraîneur et je ne l'ai jamais complètement digéré. Cela m'a poursuivi à l'âge adulte et je l'ai enterré. »

Désormais consultant pour Eurosport, Wiggins, 41 ans, a expliqué qu'il ne s'était pas senti capable d'en parler à l'époque en raison d'une relation difficile avec son beau-père. « Il était assez violent avec moi et me traitait souvent de tapette parce que je portais des trucs en Lycra, donc je ne pensais pas pouvoir lui dire. J'étais très solitaire... Je voulais sortir de cet environnement et j'étais un adolescent assez étrange à bien des égards. Mon attitude sur le vélo découlait de cela. »

L'ancien coureur britannique avait déjà parlé de sa dépression et son enfance difficile, expliquant qu'il avait passé une grande partie de sa vie à essayer de comprendre sa relation avec son père, le cycliste australien Gary Wiggins, qui avait quitté le foyer alors que Bradley était tout jeune et qui est décédé en 2008, tué lors d'une bagarre.

« Je n'ai jamais eu de réponses lorsqu'il a été assassiné. Je l'avais rencontré pour la première fois quand j'avais 18 ans, nous avions rétabli une sorte de relation mais n'avions pas parlé depuis deux ans quand il est mort. C'était mon héros. Je voulais lui prouver des choses. C'était un talent gâché, alcoolique, maniaco-dépressif, assez violent, et il prenait beaucoup d'amphétamines à l'époque. »

Bradley Wiggins

« J'ai adopté une sorte de voile - un voile de rock star. Ce n'était pas vraiment moi... C'était probablement la période la plus malheureuse de ma vie. »

Premier vainqueur britannique du Tour de France avant de remporter l'or olympique quelques jours plus tard lors du contre-la-montre des Jeux de Londres, en 2012, Wiggins raconte qu'il a arrêté d'aimer le cyclisme professionnel cette année-là. « Après ça, ma vie n'a plus jamais été la même, j'ai été plongé dans cette célébrité, cette adulation qui accompagnent le succès alors que je suis une personne introvertie et privée. Je ne savais pas qui "moi" était, alors j'ai adopté une sorte de voile - un voile de rock star. Ce n'était pas vraiment moi... C'était probablement la période la plus malheureuse de ma vie. »

Aujourd'hui, Wiggins assure avoir trouvé un moyen de gérer sa santé mentale. « Je dois avoir une routine, déclare-t-il. S'entraîner tous les jours, c'est important. Ne pas trop boire... Avec ma dépression, alors que j'essaie d'être drôle, je finis par être choquant et controversé. »

lire aussi

Pourquoi le burn-out frappe-t-il tant de coureurs cyclistes ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles