Brassard « One Love » : la presse anglaise regrette le manque de courage de la FA et l'intolérance de la FIFA

Alex Scott a porté le brassard inclusif « One Love » en direct sur la BBC lundi. (CARL RECINE/Reuters)

Si la presse anglaise n'a pas manqué de pointer du doigt le comportement de la FIFA après le renoncement des sélections européennes à porter le brassard « One Love », elle a également regretté que la FA notamment ait été trop frileuse.

Au lendemain de la décision des sept sélections européennes, dont l'Angleterre, de renoncer à porter le brassard inclusif « One Love », à cause des menaces de sanctions prononcées par la FIFA, la presse britannique a eu du mal ce mardi à se trouver un bouc émissaire. Si le manque de courage de la FA, la Fédération anglaise de football, a été pointé du doigt, la position de la FIFA a elle aussi été forcément vivement critiquée.

lire aussi : La FIFA gagne la guerre du brassard inclusif « One Love »

« Oui, c'est une capitulation. Oui, c'est un drapeau blanc plutôt qu'un brassard arc-en-ciel » a commencé le Daily Mirror. « Mais ce retour en arrière honteux devrait jeter un éclairage critique bien plus féroce et bien plus accablant sur la FIFA et les organisateurs qataris », qui ont notamment mis la pression sur ces sélections pour les empêcher de porter ce brassard, allant à l'encontre des lois qataries sur l'homosexualité.

Alors qu'en France, le capitaine Hugo Lloris a rapidement annoncé qu'il souhaitait ne pas aller au-delà du cadre établi par la FIFA, renonçant à tout geste de protestation, la volonté de l'Angleterre de porter le brassard contesté n'a pas suffi à convaincre la presse outre-Manche. « La protestation de l'Angleterre a toujours été un geste creux » déplore ainsi le Daily Mail, « mais les vrais méchants ici sont encore la FIFA ».

Le Telegraph a préféré lui se concentrer sur le geste de l'ancienne joueuse Alex Scott, maintenant journaliste sur la BBC, qui a choisi en marge du premier match de l'Angleterre contre l'Iran de se présenter en plateau avec le brassard « One Love ». Elle avait récemment révélé que son premier amour avait été l'une de ses coéquipières en équipe d'Angleterre Kelly Smith.

lire aussi : « One honte », l'édito de Lionel Dangoumau sur les Bleus et le brassard « One Love »