Brawn : Collaborer avec Netflix, pas rentable mais bénéfique

Benjamin Vinel
motorsport.com

Liberty Media a racheté la Formule 1 à l'intersaison 2016-17 et a grandement changé son approche depuis lors, s'ouvrant davantage aux nouvelles technologies et aux réseaux sociaux. Netflix produit notamment une série documentaire sur le Championnat du monde, dont deux saisons ont été publiées en mars 2019 et en février 2020, sur les campagnes 2018 et 2019 respectivement ; une troisième serait en cours de tournage.

Lire aussi :

Verstappen : Sur Netflix, "ce n'était pas le vrai moi"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le géant américain du streaming de films et séries n'a pas eu à débourser beaucoup d'argent pour jouir d'un accès inégalé à la vie des acteurs du paddock, contrairement aux chaînes de télévision, qui doivent vider leur portefeuille pour être autorisées à diffuser les courses. Cependant, selon Ross Brawn, manager sportif de la F1, ce partenariat est inestimable.

"Je pense qu'il était vraiment génial de montrer aux fans l'autre côté de la F1, car la plupart des fans n'ont vu que ce qui se passait en piste, ou les interviews au circuit", a déclaré Brawn lors d'un événement consacré à 188Bet, nouveau partenaire de la F1. "Soudain, on voit les coulisses, à la fois au circuit et à l'usine, soit les endroits via lesquels les écuries fonctionnent. Je pense que cela a donné aux gens un éclairage fascinant."

"Ce que nous avons découvert, c'est que c'est très attractif pour ceux qui ne sont pas fans ; en fait, cela en fait des fans. Certains promoteurs, la saison dernière, ont déclaré avoir clairement mesuré l'augmentation de l'intérêt pour la F1 engendrée par la série Netflix. Et bien que Netflix en soi n'ait pas été extrêmement rentable pour nous, cela a fantastiquement accru la couverture de la F1. C'est le type d'initiative que nous voulons : une approche holistique de la manière dont nous pouvons tirer la F1 vers le haut."

Brawn se félicite également de l'impact du championnat F1 Esports, disputé chaque année depuis 2018 sur le plus récent des jeux F1 édités par Codemasters. Brendon Leigh et David Tonizza ont remporté les deux premiers titres en jeu, et selon Brawn, cette compétition attire davantage de jeunes vers la catégorie reine du sport automobile.

"L'e-racing, par exemple, est un cross-over fascinant. La nouvelle génération s'intéresse beaucoup à toutes les formes d'eSport. Et nous voulons faire le lien entre la F1 et l'eSport, où notre initiative est un succès fantastique. Toutes les écuries de Formule 1 ont composé des équipes. Et cela représente un nouveau domaine impliquant une nouvelle tranche d'âge, avec un intérêt nouveau pour la F1", conclut le Britannique.

À lire aussi