Brawn répond aux critiques sur la piste de l'Istanbul Park

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Le manque d'adhérence était inédit pour le retour du Grand Prix de Turquie de Formule 1, sur un Istanbul Park dont la surface de la piste a été refaite quelques semaines seulement avant l'événement… alors que Pirelli avait déjà choisi d'emporter ses composés pneumatiques les plus durs selon les données liées au revêtement précédent.

Le deuxième Sergio Perez, Racing Point RP20, et le troisième Sebastian Vettel, Ferrari SF1000, franchissent la ligne d'arrivée

Le deuxième Sergio Perez, Racing Point RP20, et le troisième Sebastian Vettel, Ferrari SF1000, franchissent la ligne d'arrivée<span class="copyright">Glenn Dunbar / Motorsport Images</span>
Le deuxième Sergio Perez, Racing Point RP20, et le troisième Sebastian Vettel, Ferrari SF1000, franchissent la ligne d'arrivéeGlenn Dunbar / Motorsport Images

Glenn Dunbar / Motorsport Images

Une erreur de de compléter le podium aux côtés de Lewis Hamilton, pour l'un des top 3 les plus âgés et expérimentés du XXIe siècle, avec 33 ans, 4 mois et 2 jours d'âge moyen et un total cumulé de 706 départs en Grand Prix. D'après Brawn, il est clair que l'expérience a primé dans ces conditions délicates, notamment pour un Vettel qui a marqué quasiment autant de points en Turquie (15) que lors des 13 premiers Grands Prix de la saison (18).

"Ce que nous avons vu [dimanche], c'est la vieille garde qui a démontré son expérience et les jeunes prétendants qui ont montré qu'ils avaient encore un peu à apprendre", poursuit le Britannique. "Il était fascinant d'observer la performance de Sebastian ce week-end, les gens sont prompts à enterrer un sportif s'il vit une période discrète. Ce dimanche nous a rappelé son grand talent. Il est un peu dans l'ombre de Charles cette année et atteindre la fin de son mariage avec Ferrari n'est pas facile, je pense donc que le Grand Prix de Turquie a été une très bonne journée pour lui. Il n'a pas fait un pas de travers et était prêt à sauter sur l'opportunité quand elle s'est présentée."

"Pérez a réalisé une belle performance, et je l'ai déjà dit dans cette chronique, ce serait une tragédie s'il n'était pas en F1 l'an prochain. Il mérite amplement sa place sur la grille. Si une équipe veut un pilote compétitif pour maximiser chaque opportunité, Pérez est son homme."

Lire aussi :

Sergio Pérez : "L'année sabbatique est une option"

"En comparaison, les jeunes pilotes comme Charles et Max [Verstappen] ont commis des erreurs. Ils n’ont probablement pas fait l'expérience d'une telle course auparavant. C'était un vrai challenge d'évaluer comment les pneus allaient se comporter et évoluer, et d'anticiper comment ils seraient dix ou vingt tours plus tard – c'est là que l'expérience jouait. Mais ce sera un nouveau point de référence dans la banque de données de ces jeunes pilotes. Si nous faisions une autre course en Turquie demain, je suis sûr que nombre d'entre eux l'aborderaient différemment."