"Des brebis galeuses sont toujours là" : Sarah Abitbol lance un appel à Nathalie Péchalat

·1 min de lecture

En janvier 2020, son témoignage avait fait exploser l’omerta. Dans son ouvrage autobiographique Un si long silence, la patineuse Sarah Abitbol relatait les viols qu’aurait perpétrés au début des années 90 son ancien entraîneur Gilles Beyer, mis en examen pour agression sexuelle et harcèlement sexuel. Un témoignage poignant qui a levé le voile sur les violences sexuelles dans le milieu du patinage artistique. Pourtant, cette libération de la parole s’est accompagnée, pour la patineuse aujourd’hui âgée de 45 ans, d’un isolement forcé et d’un manque de soutien de la part de la Fédération française des sports de glace, dévoile-t-elle dans un entretien à L’Obs publié ce jeudi 21 janvier. Élue présidente de la Fédération en mars, l’ancienne championne de patinage artistique Nathalie Péchalat est notamment pointée du doigt pour son silence. "Nathalie Péchalat, la nouvelle présidente, a nommé une responsable éthique qui non seulement n’est pas venue vers moi, mais refuse toutes mes propositions de collaboration", a développé Sarah Abitbol auprès de L’Obs. À moi aussi, on dit que je gêne, on me reproche d’avoir terni l’image du patinage."

Pour Sarah Abitbol, "le ménage n’a pas été fait en interne, des brebis galeuses sont toujours là". "Mon propre club, qui était celui de mon agresseur, me refuse l’accès de la patinoire", a-t-elle affirmé, tout en saluant "une vraie chaîne de solidarité" grâce aux réseaux sociaux. "Nathalie Péchalat devrait pourtant se souvenir qu’elle a été élue grâce (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Gabriel Attal marque des points : ce « buzz positif » qui ravit l’Élysée
Mort de Marie Trintignant : comment Samuel Benchetrit a dû l'annoncer à son fils
Olivier Marchal : qui sont ses quatre enfants ?
Camélia Jordana et "les blagues de porc" à ses débuts : elle n'a rien oublié du sexisme qu'elle a subi
« Macron a fait son deuil » : Jean-Michel Blanquer prêt à mettre fin au suspense ?