Brest-PSG, Thomas Tuchel : "Normalement, Cavani va jouer demain"

Le PSG se déplace à Brest samedi (17h30), dans le cadre de la 13e journée de Ligue 1. Un match que Thomas Tuchel et ses hommes ne comptent pas prendre à la légère, d'autant que le SB29 n'a pas encore perdu cette saison à domicile. L'entraîneur parisien était en conférence de presse ce vendredi.

Le groupe et l'état de forme d'Icardi

Thomas Tuchel : Je ne sais pas. Avec Mauro (Icardi), on doit attendre l'entraînement d'aujourd'hui. Il a eu beaucoup de douleurs après le match (contre Bruges, ndlr). On doit voir. C'est la même chose pour Leo (Paredes), qui était malade. Neymar, Thomas Meunier, Thilo (Kehrer) et Ander (Herrera) ne sont pas disponibles.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Je préfère perdre maintenant qu'en février-mars"

Un avis sur Brest

J'attends un match difficile contre une équipe qui n'a pas encore perdu à la maison, qui est très difficile à jouer et qui joue de manière très intensive. Ce sera une atmosphère de match de coupe. Nous sommes favoris, mais on devra jouer avec la même intensité que notre adversaire. On veut montrer notre qualité pour gagner, et il sera nécessaire de réaliser une performance complète. Ce ne sera pas facile, car nous sommes fatigués, on a eu beaucoup de matches, mais on veut être prêts demain.

Des domaines à améliorer ?

Je ne sais pas s'il y a des domaines en particulier. Cela change tous les trois jours. Tactiquement, techniquement, ça dépend vraiment de la situation. Maintenant, j'ai l'impression que l'équipe est ensemble, qu'elle est très fiable dans les grands matches avec beaucoup de pression. On a perdu les deux matches contre Reims (0-2) et Dijon (1-2), c'est un petit peu atypique pour nous, mais c'est comme ça. Je déteste perdre, mais je préfère perdre maintenant, et pas en février ou mars. (...) J'ai le même avis que Leo. Nous sommes la meilleure équipe de Ligue 1, nous sommes premiers en Ligue des champions et déjà qualifiés. C'est le moment de s'améliorer et de continuer, sans jamais lâcher.

Leonardo PSG
Leonardo PSG

L'intervention de Leonardo après Bruges

C'est bien, parce qu'il représente le club et qu'il y a des choses qu'un club doit dire. Il doit avoir une opinion, et c'est une bonne chose. Je connais très bien cela. C'était la même chose en Allemagne. Je peux parler du sportif, et Leo des autres choses. Il parle du sportif aussi, mais également des aspects politiques. C'est très bien comme ça.

"Ce n'était pas le moment de changer Mauro Icardi"

L'état d'esprit de Cavani

Il est déçu, c'est clair. Parce qu'il est habitué à beaucoup jouer, à démarrer chaque match. Cela fait une grande différence pour un attaquant comme lui, qui est habitué à être toujours sur le terrain, avec le onze titulaire. C'est une grande différence pour la confiance et pour le rythme. Mais il s'entraîne très bien. Il donne tout, il ne lâche pas, il montre qu'il est super professionnel. Normalement, il va jouer demain. C'est nécessaire qu'il retrouve le rythme pour nous. Je ne peux pas rendre tous les joueurs heureux, mais c'est comme ça dans un club comme le PSG. Il doit l'accepter et il fait tout dans un bon état d'esprit. (...) Ce n'était pas le moment de changer Mauro (Icardi). Mais j'ai fait ce choix à ce moment-là, ça ne veut pas dire que Mauro est mieux pour l'équipe, mais il était bien pendant la phase où Edi (Cavani) était blessé.

Vos joueurs choisissent-ils leurs matches ?

Je n'ai pas l'impression que les joueurs choisissent leurs matches. La tension est parfois différente. Mais la question, c'est surtout de savoir comment on commence un match, avec des premières passes agressives, une bonne gestion des contre-attaques, ou si on les laisse espérer. Ce sont des petits détails. (...) On ne peut pas contrôler le résultat, mais la performance, oui. J'espère que je suis très clair là-dessus. On doit se dire la vérité quand les choses ne sont pas bien. (...) Après Marseille ? C'était un bon moment pour moi de dire la vérité sur la deuxième mi-temps que je n'ai pas beaucoup aimé, mais ce n'est pas grand chose. Ensuite, on a préparé Dijon et Bruges normalement. On analyse les matches, et après on va de l'avant. C'est le plus important.

À lire aussi