Brest se solidifie

Le défenseur brestois Christophe Herelle tacle le Toulousain Zakaria Aboukhlal. (CHARLY TRIBALLEAU/Afp)

Les Bretons ont concédé un nul frustrant à Toulouse après avoir mené mais se sont malgré tout montrés costauds défensivement.

Même s'il estime que le match nul entre son équipe et Toulouse (1-1), hier au Stadium, était « logique », Éric Roy, le nouvel entraîneur de Brest, n'a pas su totalement cacher sa frustration de ne pas repartir avec sa première victoire en L1.

« Quand tu mènes 1-0 à la 65e, contre une équipe en forme, en confiance et quand elle a des difficultés à trouver la solution...On était bien organisés, on leur faisait mal quand on en avait la possibilité. Je suis satisfait de revenir avec quelque chose, mais ces trois points peut-être qu'ils nous tendaient les bras », a analysé l'ancien milieu de terrain.

lire aussi : Le classement de la Ligue 1

Les Brestois étaient parvenus à ouvrir le score dès la 18e minute grâce à un Steve Mounié opportuniste qui a dévié de la tête une frappe d'Hugo Magnetti au fond des filets de Maxime Dupé.

Les Toulousains ont pesté, estimant qu'avant la frappe de Magnetti, Christophe Hérelle avait commis une faute sur Rasmus Nicolaisen dans un duel aérien. Mais après vérification par le VAR, l'arbitre de la rencontre, Benoît Millot, a validé ce but.

« Ce but est quand même incroyable vu la faute que subi Rasmus, c'était rageant », a soufflé Philippe Montanier, l'entraîneur toulousain, alors que côté brestois, on assure évidemment que le but est valable.

lire aussi : Damien Comolli (président de Toulouse) après le nul contre Brest : « Les arbitres ont tout faux »

En seconde période, bousculé par les Violets, Brest a encaissé son premier but depuis l'arrivée de Roy : une frappe de Zakaria Aboukhlal après un premier tir de Branco Van den Boomen repoussé à la suite d'un corner joué à deux (65e).

« On va continuer à travailler, d'avoir cette base défensive car depuis quelques matches, on est un peu mieux, a souligné Hérelle. Cela s'est joué sur un petit détail, un coup de pied arrêté. À la position où on est, on n'a pas le droit de commettre ce genre d'erreurs. Aujourd'hui, ça nous coûte des points. »

34 buts encaissés en 19 matches cette saisonLes Bretons ont effectivement affiché une belle solidité, à l'image de leur défense centrale, Hérelle-Chardonnet, et de leur gardien, Marco Bizot qui a effectué cinq arrêts. « Brest a très bien joué défensivement et le gardien a fait une grande partie », a d'ailleurs salué Montanier.

lire aussi : Les tops-flops de Toulouse-Brest : l'éclaircie Van den Boomen

« Il faut regarder le nombre de buts que nous avons pris depuis le début de la saison (34), à ce rythme-là, il y a peu chance d'atteindre nos objectifs, a souligné Roy. Il est évident qu'il faut revenir à quelque chose de plus pragmatique. La volonté, l'envie et l'état d'esprit affichés me font dire qu'on va y arriver ». Le 16e de finale de Coupe de France contre Lens, dimanche prochain, sera un excellent test pour savoir si la défense brestoise est définitivement sur la bonne voie.

Comolli critique l'arbitrage : « Quinze ans d'arrogance et de médiocrité »