Briatore : Schumacher a quitté Benetton car c'était "trop facile"

Emmanuel Touzot
motorsport.com

Après quatre saisons chez Benetton marquées par 19 victoires et deux titres mondiaux, en 1997, avant d'obtenir sa première couronne pour la Scuderia en 2000, et d'en remporter quatre autres jusqu'en 2004.

Selon Flavio Briatore, directeur de Benetton à l'époque, c'est un sentiment de facilité mêlé à l'attrait de l'équipe mythique qu'est la Scuderia Ferrari qui a poussé l'Allemand à tenter l'aventure à Maranello. Néanmoins, il juge que ce départ était inévitable, notamment parce que les deux titres acquis en 1994 et 1995 donnaient à Schumacher un sentiment de facilité.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Briatore avait averti Alonso face au "chouchou" Hamilton

"Je savais que Michael voulait aller chez Ferrari", a déclaré l'Italien pour le podcast de la F1, Beyond the Grid. "Pour moi, chaque pilote de Formule 1 veut courir pour Ferrari. Quand il me l'a dit, je n'étais pas surpris. Nous avions remporté deux championnats très rapidement. Il a trouvé ça trop facile avec Benetton, il a voulu se lancer un défi chez Ferrari. Et il y a l'argent : le salaire proposé par Ferrari était impossible à atteindre pour moi."

Pas question pour lui d'en vouloir à Schumacher, même si les années qui ont suivi ont été difficiles pour Benetton, avec un seul succès entre le départ du septuple Champion du monde et le rachat par Renault : "Nous avons gardé une bonne relation. Quand il a remporté son premier titre avec Ferrari, j'ai été le premier à aller le féliciter. Certes, Ferrari a récupéré quelques personnes de chez Benetton, c'est normal. Ross [Brawn], Rory [Byrne]… mais ils ont mis cinq ans pour remporter leur premier championnat."

Briatore ne cache pas non plus qu'il a essayé de persuader son pilote de ne pas partir, et avait l'espoir que l'Allemand puisse gagner d'autres titres avec son équipe : "Si Michael était resté chez Benetton, nous aurions remporté deux autres titres. Je le lui ai dit : 'Michael, tu es jeune, tu es riche maintenant. Faisons deux ans de plus, gagnons deux titres supplémentaires, puis pars en chercher d'autres chez Ferrari en tant que quadruple Champion et non double'."

Avec Benjamin Vinel

À lire aussi