Bruno Genesio : « Après Clermont, j'ai eu la sensation de prendre un 33 tonnes dans la face »

Bruno Genesio lors de la défaite à Clermont (2-1). (P. Lahalle/L'Équipe)

Malgré la grande déception de la défaite à Clermont, Bruno Genesio a tenu à mettre en avant le bilan de son équipe à mi-Championnat. Rennes reçoit le PSG dimanche soir (20h45).

Quel bilan tirez-vous de cette première partie de saison ?
C'est positif et c'est important de le dire parce qu'on reste sur des contres performances à l'extérieur (Reims et Clermont). Mais on a 34 points après 18 journées, ce qui est un très bon total. Il y a des équipes qui tournent mieux, ce qui rabaisse un peu nos performances, mais dans les années précédentes, on aurait été deuxièmes ou troisièmes. C'est une belle performance, et on a la possibilité d'atteindre les objectifs de fin de saison. On nous parle beaucoup de ces objectifs mais on doit se concentrer sur ce que l'on a à faire match après match. Ça montre aussi que les attentes et les ambitions du club sont supérieures mais on doit passer au-dessus de ça.

Quels sont les absents pour la réception du PSG ?
Xeka, Santamaria (reprise) et Terrier sont absents, Omari et Bourigeand sont suspendus. Il y a deux façons de voir les choses par rapport à ça. Soit on se plaint, soit on fait avec des joueurs différents, mais qui ont aussi des points forts. C'est à nous de trouver les bonnes associations [...] Il faudra surtout être forts collectivement. On l'avait fait l'année dernière et à travers cette performance collective, il y a souvent des joueurs qui ressortent.

lire aussi : Le programme de la 19e journée de Ligue 1

Comment avez-vous préparé l'équipe ?
Il y a plusieurs possibilités, il faut choisir celle qui sera le mieux adaptée. On n'a pas les mêmes caractéristiques que Lens, il faut s'inspirer des caractéristiques de notre équipe [...] Notre philosophie, c'est de jouer, on ne va pas se renier, mais il faut être lucide. On a la meilleure équipe du championnat en face. Il faut être aussi intelligents et être capables de bien défendre. Mais on a dans l'esprit de pouvoir jouer notre jeu. Ma façon de voir le football, ce n'est pas de se dire : « On ne va pas encaisser ».

Paris a souvent eu du mal à Rennes, est-ce un avantage pour préparer la rencontre ?
Oui, on a aussi notre public qui va nous porter. Mais c'est un autre contexte, un autre match, d'autres joueurs... Ce n'est pas suffisant. Lorsqu'on l'a déjà fait, ça donne de la confiance, on est capable de le refaire, mais ce sera complètement différent.

Bourigeaud n'a pris qu'un match de suspension en Championnat, est-ce une forme de justice pour vous ?
La vraie justice aurait été qu'il ne soit pas suspendu. Mais je ne veux pas accabler monsieur Turpin. Il a un peu loupé son match, mais comme nous. On doit surtout se regarder dans une glace.

Avez-vous digéré la défaite à Clermont ?
Il faut ! On a l'impression le lendemain d'avoir pris un 33 tonnes en pleine face, mais il faut rebondir. Digéré, ce n'est pas le mot, mais je suis reparti le lendemain avec l'intention de montrer un visage que l'on a l'habitude de montrer, au moins à domicile.

lire aussi : Bruno Genesio : « Très énervé par le scénario » à Clermont

Auriez-vous préféré ne pas voir Mbappé en face dimanche ?
Si Galette (Galtier) est fair-play, il ne le fera pas jouer, comme nous avons Bourigeaud qui est suspendu (rires). C'est un joueur imprévisible, exceptionnel, c'est très difficile. Il faut être à 150 % contre eux et avoir aussi un peu de réussite. Lens l'a fait, mais dans un contexte différent. Monaco aussi leur a pris des points. À nous de nous en inspirer. »

lire aussi : Le classement de Ligue 1