Bruno Genesio (Rennes) : « Lille, une équipe qui nous ressemble un peu »

Bruno Genesio, entraîneur de Rennes, lors du match face à Marseille. (F. Faugère/L'Équipe)

Après son nul contre Larnaca, jeudi (1-1), synonyme de barrages de Ligue Europa, Rennes, troisième de L1, se rend à Lille, ce dimanche (17 h 05) pour la 14e journée de L1. Le coach rennais Bruno Genesio imagine une confrontation séduisante, lui qui devra notamment composer sans son meilleur élément, Martin Terrier.

Comment compenser l'absence de Martin Terrier (absent pour une petite élongation) ?
On a des solutions, un effectif pour ça, avec diverses solutions. On aurait préféré qu'il soit présent car c'est un joueur important, qui marque, qui fait marquer, qui est important pour l'équilibre de l'équipe, le liant qu'il peut amener entre le milieu et l'attaque, mais ça fait partie de ce qu'on doit endurer et surmonter dans une saison. C'est là qu'on voit si on a un groupe qui est prêt à répondre à ce genre d'aléas et j'ai confiance en mon groupe, en ceux qui débuteront, à celui qui jouera à la place de Martin.

Quelle impression vous fait Lille ces derniers temps ?
Très bonne. Je trouve que c'est une équipe qui nous ressemble un peu dans sa façon de jouer, même s'ils ont encore plus de verticalité que nous. Ils méritaient de l'emporter à Lyon (0-1, le 30 octobre), ils ont battu Monaco (4-3, le 23) avec la manière. C'est une équipe tournée vers l'offensive avec beaucoup de bons joueurs, beaucoup de vitesse, donc je pense qu'on aura droit à un match assez spectaculaire.


lire aussi

Le classement de la Ligue 1

Ça change quelque chose d'être sur le podium, maintenant, après l'avoir convoité ?
L'important, c'est d'y être à la 38e journée, là c'est de prendre le maximum de points avant la Coupe du monde.

Comment avez-vous digéré la déception du match contre Larnaca jeudi (1-1), quand Rennes a manqué la possibilité d'aller chercher les huitièmes de finale de Ligue Europa directement ?
J'ai surtout cherché à dédramatiser. Évidemment qu'il y a une grosse déception, évidemment qu'on n'a pas fait un bon match, mais ça fait bientôt trois mois qu'on n'a pas perdu, on est troisièmes de L1, qualifiés pour les seizièmes de finale de Ligue Europa (barrages), donc il y a pire que notre situation.

On a fait plus de bons que de mauvais matches, ça peut arriver de rater un match. Il y a plein d'explications, il y avait beaucoup de changements, peut-être pas suffisamment préparés de ma part, je ne sais pas, mais en aucun cas il n'y a lieu de s'alarmer après un nul contre Larnaca. Je ne vois pas beaucoup d'équipes qui ne font que des bons matches et gagnent facilement tous leurs matches. Le bon côté, c'est que ça montre qu'on a besoin d'être à 100 % pour être performants, tous, individuellement, collectivement, ceux qui débutent, ceux qui entrent, les joueurs, le staff, le club. »


lire aussi

Toute l'actualité du football