Bugatti Chiron Super Sport (2021) : une "expérience" unique à 1600 chevaux

·1 min de lecture
Bugatti Chiron Super Sport (2021) : une "expérience" unique à 1600 chevaux
![CDATA[]]

Il me faut me confesser. Bugatti, marque au passé ô combien respectable, ne m'a jamais réellement ému. D'accord, l'EB110 prenait de temps en temps la place du poster de F40 au-dessus de mon lit d'ado. C'est vrai, la Veyron, avec ses 1 001 ch, a suscité chez moi quelque intérêt. Mais Bugatti, c'est Volkswagen avec sa horde de déplaçoirs sans âme et ses patrons orgueilleux. J'avais tort. Déjà car c'est grâce à M. Piëch, le mégalo ex-n°1 du groupe, que Bugatti revit le jour.

Ensuite, car la Chiron est bien plus qu'une lourde transmission intégrale survitaminée, rôle auquel je la cantonnais. Croyez-moi : l'engin est intimidant, au sens premier du terme. L'avant, passe encore, même si le nouveau bouclier échancré et les excavations dans les ailes font leur petit effet. Derrière, la Super Sport a tout du Faucon Millenium, y compris sa propension à passer en hyperespace.

En piste !

Pour rappel, à l'inverse de la Pur Sport, qui est peu ou prou la version piste de la Chiron avec ses 50 kg de moins et ses réglages fermes, la Super Sport est celle prévue pour aller vite. Très vite. Trop vite. Bien bien trop vite… « Freine ! » réclame, depuis le siège passager, Olivier Thévenin, mon chaperon du jour et multiple participant aux 24 Heures du Mans. Pour des raisons d'assurance, je ne serai jamais seul dans la Chiron, mais comme mon copilote a le bon goût d'être orléanais (comme moi) et de m'expliquer les trajectoires, je n'y vois guère d'inconvénient.

Aujourd'hui, nous...Lire la suite sur Sport Auto

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles