Bunjaki : " Tirer sur quelqu'un qui ne m'a rien fait de mal était impossible "

SO FOOT

Parlez-nous de ce jour où vous avez dû quitter votre pays.

Mon grand rêve était d'étudier. Je jouais au FC Pristina, mais j'étais surtout étudiant en médecine. Chaque étudiant était obligé de faire le service militaire. Mais si tu étudiais la médecine, tu pouvais attendre d'avoir 25 ou 26 ans. J'avais déjà reçu les papiers trois fois pour le faire. Et à chaque fois, je les remplissais pour ne pas y aller. Mais à la quatrième fois, l'université de Pristina n'était plus accessible aux Albanais. Ils avaient interdit l'enseignement en albanais. Je n'étais plus étudiant et donc j'étais piégé. C'était en 1991, en pleine guerre ouverte en Croatie. Je devais donc aller à Vukovar, l'épicentre de la guerre. Le service était dans l'armée yougoslave, mais qui était en fait l'armée serbe. Plusieurs fois, de jeunes Albanais avaient été tués pendant leur service militaire. Avant la guerre. C'était…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages