C'était un 18 mai : l'ultime triomphe de Hill à Monaco

Fabien Gaillard
motorsport.com

L'édition du Grand Prix de Monaco 1969 se tient deux semaines après le GP d'Espagne sur le redoutable tracé de Montjuïc. D'autant plus redoutable que la technologie des ailerons est balbutiante en Formule 1 et les montants des ailes installées sur les monoplaces sont trop peu solides pour les contraintes générées. Aussi, Graham Hill l'a échappé belle puisque la rupture d'une des tiges en métal qui soutenait l'aileron de sa Lotus 49B l'a immédiatement envoyé dans les rails sans dommages.

Jack Brabham, Brabham

Jack Brabham, Brabham <span class="copyright">David Phipps</span>
Jack Brabham, Brabham David Phipps
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

David Phipps

Côté sportif, la pole position fut signée par Jackie Stewart sur Matra, devant Chris Amon (Ferrari), Jean-Pierre Beltoise (Matra) et Graham Hill. L'Écossais conserva la tête au moment de l'envol, puis profitant de son rythme et des déboires de ses adversaires, se construisit en une vingtaine de tours une avance impressionnante de 30 secondes. La situation était tellement confortable que Ken Tyrrell lui ordonna de baisser son régime moteur et de préserver la mécanique. Cependant, les dieux de la course sont taquins : alors qu'il avait déjà commencé à gérer sa mécanique, le cardan cassa dans la 23e boucle.

Graham Hill, Lotus 49B Ford, salue la foule

Graham Hill, Lotus 49B Ford, salue la foule <span class="copyright">Rainer W. Schlegelmilch</span>
Graham Hill, Lotus 49B Ford, salue la foule Rainer W. Schlegelmilch

Rainer W. Schlegelmilch

Pour Graham Hill en 1969, ce succès lui permit de revenir à trois points de Stewart en tête du classement. On pensait alors sa saison lancée après les péripéties de Montjuïc. En réalité, déjà dépassé en performance par Jochen Rindt, il s'agissait du chant du cygne pour Hill qui ne remportera plus aucune victoire, ni ne montera sur le moindre podium en Formule 1. Une statistique étonnante pour celui qui, à Monte-Carlo, terminait le 105e de ses 175 Grands Prix en carrière.

La suite de la saison 1969 fut en effet décevante et elle manqua également de se terminer en tragédie. Lors du GP du Mexique, sans doute victime d'un pneu crevé, Hill fut victime d'un terrible accident lors duquel, mal attaché après être descendu pour inspecter sa voiture suite à une sortie précédente, il fut éjecté de la Lotus. S'il échappe au pire, le verdict fut clair : de multiples fractures aux deux jambes, et de longs mois de rééducation devant lui.

Graham Hill, Lotus 49B

Graham Hill, Lotus 49B <span class="copyright">Sutton Images</span>
Graham Hill, Lotus 49B Sutton Images

Sutton Images

À lire aussi