C'était chaud entre Thomas Tuchel et Antonio Conte lors de Chelsea-Tottenham

Antonio Conte (deuxième en partant de la gauche) était bouillant ce dimanche sur le bord du terrain. (D. Klein/Reuters)

Après avoir vu son équipe revenir au score, Antonio Conte, l'entraîneur de Tottenham, est allé chambrer son homologue de Chelsea, Thomas Tuchel. Puis la poignée de mains de fin de match a failli tourner au pugilat.

Antonio Conte et Thomas Tuchel ont failli en venir aux mains ce dimanche à Stamford Bridge. Après le but de Höjbjerg à la 68e minute, l'entraîneur italien de Tottenham a fêté de manière très démonstrative l'égalisation. Il est allé jusqu'à approcher du banc de Chelsea et a clairement chambré son homologue. L'Allemand n'a pas du tout apprécié et il a fallu séparer les deux hommes pour éviter une bagarre.

À la fin du match, conclu sur un score de parité (2-2), les deux hommes ont échangé une poignée de mains très tendue. Il a de nouveau fallu les séparer, alors que joueurs et staffs commençaient également à s'invectiver. Antonio Conte et Thomas Tuchel ont tous deux reçu un carton rouge.

Thomas Tuchel, au micro de la BBC

« C'était un peu chaud, mais il n'y a pas de problème »

Après la rencontre, Antonio Conte a minimisé l'incident en conférence de presse. « Ce n'est pas très important. S'il y a un problème, c'est seulement entre moi et l'autre entraîneur. Si je suis exposé à de l'agressivité, je deviens agressif à mon tour. Je déteste perdre, surtout après avoir déjà perdu trois fois contre ce même coach l'an dernier. Vous connaissez ma mentalité de gagneur, c'est ce que j'ai essayé de transmettre. »

lire aussi

Le film du match

Au micro de la BBC, Thomas Tuchel a également relativisé l'incident : « Quand on s'est serré la main, on s'est regardé dans les yeux et Antonio et moi avions des opinions différentes, donc il y avait de l'émotion (...) c'était un peu chaud, mais (...) il n'y a pas de problème. »

« Ce sont des émotions, c'est comme ça dans le football, ça ne sert à rien de commenter et d'envenimer les choses maintenant, a-t-il ajouté. C'est le sport, c'est la Premier League et on adore ça, non ? »