Cafu : « Le Brésil sera au même niveau sans Neymar »

Cafu était présent jeudi à Lusail pour l'entrée en lice du Brésil face à la Serbie. (T. Groothuis/Presse Sports)

Cafu, double champion du monde avec le Brésil (1994, 2002), minimise l'impact de la blessure de Neymar, victime d'une entorse de cheville droite, face à la Serbie (2-0), jeudi soir.

Cafu (52 ans) se trouvait aux premières loges pour assister à la victoire du Brésil face à la Serbie, jeudi soir (2-0). En tant qu'un des cinq ambassadeurs mondiaux du comité qatari d'organisation de cette Coupe du monde (1), il avait sa place réservée dans la tribune présidentielle du stade de Lusail.

C'est à ce titre qu'une table ronde a été organisée au Host Country Media Centre (HCMC), ce vendredi matin. Pendant trente minutes, le recordman brésilien des sélections (142 capes et 5 buts, de 1990 à 2006) a fait le tour de l'actualité, en présence de représentants de médias internationaux (Angleterre, Argentine, Corée du Sud, Espagne, France, Japon et Inde). La discussion avec le « Pendolino » a forcément tourné autour de l'entorse de la cheville droite de Neymar.

Le médecin de la Seleção annonce les forfaits de Neymar et Danilo face à la Suisse

lire aussi : La soirée de l'angoisse de Neymar (Brésil), blessé à la cheville face à la Serbie

« Le Brésil semble moins dépendant de Neymar, dorénavant. Y aurait-il une crise s'il devait manquer les matches à venir ?
La réponse est dans la question parce que le Brésil possède un grand nombre de joueurs influents. Quand l'un d'entre eux est moins performant, les autres le sont. Voilà pourquoi le Brésil est une équipe si forte, puisqu'elle a cette puissance collective.

Estimez-vous que les autres joueurs jouent de manière très physique contre lui ?
Je ne vois pas d'agression. Effectivement, certains joueurs jouent de manière plus physique. Les grands joueurs qui savent garder le ballon, comme Cristiano Ronaldo ou Neymar, se voient davantage exposés aux fautes de l'équipe actuelle. Mais, jusqu'à présent, je n'ai pas vu de faute intentionnelle qui aurait pu entraîner une blessure.

Le Brésil reste-t-elle la même équipe sans Neymar ?
Le Brésil sera au même niveau sans lui. Tout comme la France l'est, malgré la blessure de cinq de ses meilleurs joueurs. Neymar est en capacité de renverser un match à tout instant. Mais nous avons beaucoup d'autres très bons joueurs. Donc, le Brésil va continuer de la sorte.

Vinicius Junior pourrait-il être un des joueurs clés de cette Coupe du monde ?
Il se trouve qu'il joue au Real Madrid, comme Rodrygo et Militao. Il s'agit de trois joueurs qui ont beaucoup d'influence. Mais nous parlons ici de la sélection brésilienne et à mon sens, ils peuvent l'aider à atteindre la finale.

Neymar blessé, Vinicius peut-il devenir la star de l'équipe brésilienne ?
Les deux joueurs sont complémentaires. Ils peuvent s'aider, l'un, l'autre. L'équipe du Brésil possède un gros réservoir, avec de bons joueurs et donc, il y en aura plusieurs à pouvoir briller pendant cette compétition.

La jouer en décembre et non en été, cela change-t-il beaucoup de choses ?
Non. C'est différent d'aborder cette compétition en milieu de saison mais pour les joueurs, c'est une meilleure chose parce qu'ils sont au top de leur forme et de leur condition physique. Qui sait, peut-être que cela pourrait ouvrir la voie à une nouvelle tradition.

lire aussi : Les blessures de Neymar avec le Brésil et le PSG depuis cinq ans

Êtes-vous surpris par certains résultats de cette Coupe du monde, comme la défaite de l'Argentine face à l'Arabie saoudite (1-2) ou de l'Allemagne devant le Japon (2-3) ?
C'est normal, parce que c'est ça, le football ! Ce n'est pas une science exacte. À aucun moment, il n'a été sûr et certain que l'Argentine allait battre l'Arabie saoudite et l'Allemagne, le Japon. Voilà toute la beauté du football. J'ai trouvé l'Argentine un peu nerveuse face à des Saoudiens qui avaient un milieu de terrain très solide. Ils ont su jouer et ils ont également bénéficié de réussite à la finition. Pour autant, il faut toujours se méfier de l'Argentine. Je suis sûr qu'elle peut réussir une belle Coupe du monde. De leur côté, les Japonais ont réalisé un match presque parfait et ils ont été en mesure de faire basculer la partie et son issue leur faveur. De mon point de vue d'ancien joueur, c'est ce qui fait la beauté de ce sport.

Quel jugement portez-vous de la France ?
C'est une équipe fantastique ! Les Français ont subi cinq blessures mais ils ont toujours assez de bons joueurs pour pratiquer un bon football et obtenir de très bons résultats. C'est vraiment une sélection de très bon niveau.

lire aussi : Contusion du ligament latéral de la cheville droite pour Neymar, officiellement forfait contre la Suisse

Que pensez-vous de Cristiano Ronaldo et comment voyez-vous la suite de sa carrière ?
On parle d'un athlète hors norme. Ce n'est pas un joueur comme un autre. Il est tellement professionnel, il travaille tellement dur. Il fait tout pour se maintenir à un niveau exceptionnel. Il est l'un des rares joueurs à avoir participé à cinq Coupes du monde et le seul à y avoir marqué à chaque fois. Je ne souhaite pas revenir sur sa situation en club. Je pense qu'il a encore une belle carrière devant lui.

Pour finir, si vous deviez comparer le Brésil actuel de celui de 2002 ?
Il n'y a qu'une seule comparaison possible : la Seleçao de 2002 est Championne du monde. Celle d'aujourd'hui est sur le point de le devenir. »

(1) Avec l'Australien Tim Cahill, le Camerounais Samuel Eto'o, l'Espagnol Xavi et le Néerlandais Ronald de Boer.