Camavinga : « Mes dernières performances en équipe de France n'étaient pas forcément en ma faveur »

Eduardo Camavinga en conférence de presse ce dimanche. (Alexis Réau/L'Equipe)

Comme beaucoup de jeunes appelés par Didier Deschamps pour cette Coupe du monde, le milieu du Real Madrid Eduardo Camavinga espère saisir sa chance pour se montrer et sortir du banc.

« Vous avez été impliqué sur la blessure de Christopher Nkunku à Clairefontaine et insulté sur les réseaux sociaux à la suite de son forfait. Comment avez-vous vécu cela ?
Ce ne sont pas des moments faciles. Ce sont des mauvaises personnes qui parlent. On est forcément critiqués.

lire aussi : Le calendrier de la Coupe du monde

Que pensez-vous de l'Australie (premier adversaire des Bleus) ?
S'ils sont à la Coupe du monde, c'est que c'est une bonne équipe. On ne les a pas encore totalement étudiés avec coach. Il y a quatre ans, cela avait été un match difficile pour l'équipe de France. Le coach nous a mis en garde. Il y avait aussi de fortes chaleurs en Russie.

Vous êtes arrivé très tôt en équipe de France puis on ne vous a plus revu pendant un moment. Comment avez-vous vécu ces hauts puis ces bas ?
Mes dernières performances en équipe de France n'étaient pas forcément en ma faveur. J'ai été plus déterminé en club pour revenir. Aujourd'hui, je suis là, en Coupe du monde, et très content d'y être. Cette Coupe du monde est très importante pour tout le monde. Je vis mes performances sur l'instant "T". Actuellement c'est l'équipe de France. Je me focalise là-dessus. Après, ce sera de nouveau le Real Madrid.

lire aussi : Toute l'actu de la Coupe du monde

Il y a beaucoup de jeunes à cette Coupe du monde. Est-ce le moment de prendre le pouvoir en équipe de France ?
On doit avoir à coeur de montrer ce qu'on vaut. On est la nouvelle génération. Même s'il y a encore beaucoup de joueurs d'expérience, on doit montrer qu'on mérite d'être là. Si le coach a besoin de moi défenseur central, comme latéral gauche ou attaquant de pointe, j'irai. Mais mon poste privilégié est en numéro 6. Quand le coach me fait entrer, je suis là pour aider l'équipe au maximum et être performant. Je ne suis pas là pour me contenter de briller dans un rôle de "supersub". Je suis là pour entrer et gratter le maximum de temps de jeu.

Sentez-vous que Kylian Mbappé a de la pression et peut-être plus avec le forfait de Karim Benzema ?
Il a l'habitude de recevoir cette pression. Il a l'air à l'aise et serein. Je ne me fais pas de soucis pour lui.

Quel regard portez-vous sur votre évolution au Real Madrid ?
Le plus important est de jouer le maximum de matches. Il y a du beau monde devant moi. Le plus important est de continuer d'apprendre. Il faut être dans la continuité. Tout n'a pas été rose. Mais le plus important est d'être revenu en équipe de France. Je dois accumuler de l'expérience avec le temps de jeu.

lire aussi : Camavinga sur le forfait de Benzema avec les Bleus : « Il était dépité »

Olivier Giroud va remplacer normalement Karim Benzema en pointe. Comment voyez-vous son style ?
Olivier et Karim ont deux styles différents. Ce sont deux approches différentes. Il faut jouer avec les qualités de chacun quand ils sont sur le terrain.

Beaucoup de vos collègues disent que votre tempérament est jovial et que vous mettez une bonne ambiance...
Je me sens à l'aise dans ce groupe. Il y a énormément de jeunes. Mais je suis moi-même. Je suis quelqu'un qui aime rigoler et qui sourit à la vie. C'est un rêve de gosse d'être en équipe de France et de faire une Coupe du monde. Je suis content d'être ici. Je veux en profiter au maximum. Et je suis déjà excité par le match de l'Australie ».