Camille et Pavel Kovalev 4es du programme court aux Championnats d'Europe

Camille et Pavel Kovalev ont terminé 4es du programme court des Championnats d'Europe. (E. Garnier/L'Équipe)

Les Français Camille et Pavel Kovalev ont pris la 4e place du programme court des couples, ce mercredi aux Championnats d'Europe, à Espoo (Finlande), à trois dixièmes du podium virtuel. Le libre aura lieu jeudi soir.

Bien sûr, il y a cette réception retournée de Camille sur le triple boucle piqué parallèle, mais la performance d'ensemble des Kovalev reste de jolie facture. À l'issue du programme court des couples, épreuve inaugurale des Championnats d'Europe à Espoo (Finlande), les Français pointent d'ailleurs à une avantageuse 4e place.

Médaillés de bronze de la finale du Grand Prix en décembre, ce sont les Italiens Sara Conti et Niccolo Macii qui mènent les débats, ayant dépassé pour la première fois les 70 points (70,45), alors que leurs compatriotes Rebecca Ghilardi et Filippo Ambrosini, vainqueurs du Grand Prix d'Espoo, mais qui ont largement failli (simple axel pour elle, chute sur la série de pas pour lui), ne figurent qu'à la 5e place.

lire aussi : Camille et Pavel Kovalev sacrés aux Championnats de France

Dauphins provisoires, les champions d'Allemagne Annika Hocke et Robert Kunkel (67,08) devancent leurs compatriotes Alisa Efimova et Ruben Blommaert, qui n'affichent que trois dixièmes de mieux que les Français (62,47).

Camille gênée par une blessure« Sentiment mitigé, réagit Laurent Depouilly, l'entraîneur de Camille et Pavel Kovalev. C'est un programme qui leur va comme un gant, mais il y a une petite erreur... On ne va pas pleurer, Camille ne pouvait plus patiner jeudi dernier, elle s'est donnée avec une entorse du pied droit sur la réception d'un triple flip lancé. » Le coach, qui a trouvé ses protégés « sur la retenue » ne brandit pas la blessure comme une excuse, mais souligne qu'il a fallu adapter les entraînements, et le programme, troquant le triple flip lancé par un triple salchow moins exigeant pour l'articulation de la jeune femme.

En l'absence des Russes qui avaient trusté toutes les médailles dans cette épreuve des couples sur les trois dernières éditions continentales, exception faite de l'or ravi par les Français Vanessa James et Morgan Ciprès en 2019, les opportunités existent. Même si Camille et Pavel Kovalev n'osent y croire.

Même si le natif de Saint-Pétersbourg, associé à Camille Mendoza depuis 2014 et qu'il a épousée en décembre 2017, adopte une réponse de bon Normand : « On peut penser qu'on va finir dernier et avoir envie d'être premier. » Sa compagne intervient alors en riant : « Il dit ça devant vous, mais pas à l'entraînement. Finir dernier, ce n'est pas possible. » Pavel Kovalev corrige : « On est réaliste et maximaliste. » N'empêche qu'ils reçoivent de nombreux messages d'encouragement et que certains les imaginent jouer jeudi soir le podium, alors que s'être incrustés pour patiner dans le dernier groupe est déjà un bond faramineux dans la hiérarchie.

Un couple en pleine progression« Il ne faut pas oublier qu'il y a trois ans, on n'a pas voulu les sélectionner aux Championnats d'Europe, parce qu'ils n'étaient pas 'sortables', que ce n'était pas 'montrables dans une équipe de France', grince encore Laurent Depouilly. Aujourd'hui, ils sont là, ils peuvent apporter deux quotas pour l'année prochaine aux Championnats d'Europe, ils en ont apporté deux pour les Mondiaux (grâce à une 8e place à Montpellier en 2022). Mais je pense que cette expérience qu'ils n'ont pas eue leur aurait servi ce soir (mercredi). Chaque chose nous sert de leçon, on essaie d'apprendre le plus vite possible. » Une réalité.

« Après les Mondiaux, on nous a dit qu'il fallait faire un gros travail sur la vitesse. Et sur l'interprétation, la connexion entre nous, les finitions sur les éléments », développe Camille Kovalev. L'évolution est énorme dans tous ces domaines, mais aussi dans la stabilité des portés qui avait pu être une faiblesse. « On les regarde différemment depuis six mois, observe Laurent Depouilly. Mais croire en eux, c'est tout nouveau. »

En début de saison, Camille et Pavel Kovalev avouaient viser un Top 10 européen, « à condition d'être qualifiés ». Depuis, ils ont gravi à Angers leur premier podium sur un Grand Prix (2e). Une belle surprise qu'ils semblent prêts à confirmer en Finlande.