Canal+ obtient le blocage de 59 sites pirates diffusant la F1

Depuis le 30 juin dernier, Canal+ a obtenu le blocage de 59 sites pirates diffusant illégalement la Formule 1. (F. Porcu/L'Équipe)

Après le blocage de sites pirates diffusant la Ligue des champions et le Top 14, Canal+ a obtenu le 30 juin dernier une décision du tribunal judiciaire de Paris lui permettant de bloquer ceux retransmettant illégalement la Formule 1.

La lutte contre le piratage se poursuit du côté de Canal +. Selon nos informations, la chaîne cryptée a obtenu le 30 juin dernier une décision du tribunal judiciaire de Paris permettant le blocage, auprès des fournisseurs d'accès à internet français (Bouygues, Orange, Free, SFR), de 39 sites pirates diffusant illégalement les courses de Formule 1, compétition dont elle détient les droits jusqu'en 2029.

Cette décision s'inscrit dans le nouveau cadre législatif de lutte contre le piratage des contenus sportifs, déjà utilisé la saison dernière par Canal+ afin de bloquer des sites diffusant illégalement la Ligue des champions ou encore le Top 14.

Une action en référé pour un blocage plus rapide

La nouvelle loi permet aux diffuseurs d'agir en référé pour obtenir le blocage express des sites et adresses contrevenants. La législation donne désormais à l'ARCOM (l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique) le pouvoir d'étendre les mesures de blocage à tous les sites pas encore identifiés dans l'ordonnance mais qui tenteront de transmettre illégalement a posteriori ladite compétition durant la saison.

Ainsi, depuis le 30 juin, ce sont au total 59 sites pirates diffusant la F1 qui ont été bloqués. Le groupe Canal+ pourra donc continuer de demander des blocages à l'ARCOM d'ici la fin de la saison, programmée le 20 novembre prochain.

lire aussi

Toute l'actu des médias

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles