Canicules et Covid-19 : Les autorités sanitaires estiment à 10 420 l’excès de décès en France cet été

SURMORTALITE - Santé publique France note qu’il s’agit du bilan « le plus important depuis 2003 », année de la canicule la plus meurtrière avec 15 000 morts

L’été 2022 a été particulièrement meurtrier. La période estivale a en effet été marquée par un excès de plus de 10 000 décès en France, en partie liés aux fortes chaleurs, mais aussi au Covid-19, selon une estimation publiée lundi soir par les autorités sanitaires. Ce chiffre va dans le sens d’une précédente estimation, provisoire, de l’Insee : plus de 11.000 décès supplémentaires du 1er juin au 22 août par rapport à la même période en 2019, donc avant le début de la pandémie.

Le calcul de Santé publique France (SpF) repose sur le nombre de décès observés par rapport à celui attendu. C’est-à-dire comparé aux cinq étés précédents, avec un poids plus important aux dernières années pour se caler notamment avec le vieillissement démographique.

Canicule et Covid-19 font mauvais ménage

Lors du deuxième été le plus chaud depuis 1900, il y a eu 10 420 décès (+6,1 %) en excès entre le 1er juin et le 15 septembre. Une partie de ces décès se concentre sur les trois épisodes de canicule : 2 816 enregistrés sur ces seules périodes. Il s’agit du bilan « le plus important depuis 2003 », année de la canicule la plus meurtrière (15 000 morts), a noté Santé publique France dans un bulletin Canicule et santé.

Une part de la surmortalité est « vraisem(...) Lire la suite sur 20minutes

VIDÉO - Canicule : Evelyne Dheliat désespérée par les fortes chaleurs



À lire aussi :
Cette carte des températures qu’il fera en France en 2050 n’est pas du tout rassurante
Sécheresse : Comment les archives hydrologiques aident à se préparer aux futurs épisodes d’aridité
Le dérèglement climatique a bouleversé le métier des stars de la météo