Cap sur Royan pour le deuxième round de la Solitaire du Figaro

Davy Beaudart est le leader de la Solitaire du Figaro. (Nicolas Pehe/Dppi / AFP)

Trois jours après la victoire de Davy Beaudart à Port-La-Forêt, les concurrents de la Solitaire prennent dimanche à 13 heures le départ de la deuxième étape à destination de Royan.

Après une première étape très disputée et riche en rebondissements remportée jeudi par le bizuth Davy Beaudart devant Philippe Hartz et Frédéric Duthil, les trente-quatre concurrents de la Solitaire du Figaro s'élancent ce dimanche à 13 heures de Port-La-Forêt pour un deuxième round qui s'annonce intense et incertain. Cap sur Royan, terme d'un long parcours via les îles anglo-normandes puis le phare d'Eddystone, dans le sud-ouest de l'Angleterre (635 milles, 1176 km).

Relégués à plus d'1h40 au classement général, beaucoup de leaders du circuit Figaro, à l'image de Tom Laperche, Loïs Berrehar, Corentin Horeau, Guillaume Pirouelle, Erwan Le Draoulec, Gaston Morvan ont l'ambition de prendre leur revanche et de se refaire une santé dans cette deuxième et avant-dernière étape de l'épreuve.

« J'ai une petite amertume quand je repense à la première étape »

« Je me dis que tout est possible, lance Laperche, favori de cette 53e édition (7e à 1h43). Même s'il ne restait qu'une petite étape, il faudrait continuer à y croire sinon ça ne servirait à rien d'y aller. Je peux encore prétendre à la victoire. On a devant nous deux grandes étapes. C'est fortement probable qu'il y ait de nouveau de gros écarts. Il va se passer encore beaucoup de choses. »

« J'ai une petite amertume quand je repense à la première étape, réagit Berrehar. Je suis dans une situation où je ne peux pas me reposer sur mes lauriers. J'ai la niaque pour revenir le plus possible aux avant-postes à Royan. La motivation et l'envie sont bien présentes ! »

Davy Beaudart

« J'ai un petit matelas d'avance mais les favoris vont très vite »

Premier à franchir la ligne jeudi à Port-La-Forêt mais rétrogradé à la 3e place (à 28'59'') après avoir écopé d'une pénalité de trente minutes pour la rupture d'un plomb moteur, Frédéric Duthil n'entend pas en rester là.

« J'ai avalé cette histoire de pénalité, commente-t-il. Quand je regarde le classement, je dispose toujours d'une heure trente minutes d'avance sur les favoris du circuit. C'est une sacrée belle opération. Cette première étape m'a bien servi et m'a finalement remis dans le rythme. Je suis bien positionné pour la suite de la course. »

Heureux lauréat de la manche d'ouverture, Davy Beaudart compte bien de son côté défendre sa place de leader. « J'ai un petit matelas d'avance mais les favoris vont très vite, observe-t-il. Sur la 2e étape, je ne vais pas changer de mode. Je vais continuer à apprendre et à me donner à fond. Et s'il y a des coups à jouer, on les jouera ! »

Hartz, objectif top 10

Satisfaction également pour Philippe Hartz qui savoure sa deuxième place. « Je tire beaucoup de satisfaction de cette première étape, observe-t-il. Je finis à une place qui est au-dessus de mon niveau de prétention sportive. Il y a des gens beaucoup plus expérimentés. Le Figaro est fidèle à sa réputation. Mon objectif est de terminer dans le top 10 sur l'épreuve. »

Les premiers sont attendus à Royan à partir de jeudi. Le départ de la troisième et dernière étape vers Saint-Nazaire sera donné le 4 septembre.

Le classement après la première étape

1. Beaudart (Nauty'mor) ; 2. Hartz (Marine Nationale-Fondation de la Mer), à 3'5'' ; 3. Duthil (Le Journal des Entreprises), à 28'59'' ; 4. Riechers (Alva Yacht), à 1h4'36'' ; 5. Garnier (Ageas-Team Baie de Saint-Brieuc), à 1h30'21'' ; 6. Pirouelle (Région Normandie), à 1h41'22'' ; 7. Laperche (Région Bretagne-CMB Performance), à 1h43'20'' ; 8. Dorange (Devenir), à 1h44'33'' ; 9. Bourgnon (Edenred), à 1h47'24'' ; 10. Delpech (Orcom), à 1h48'21'' ; 11 ; Horeau (Mutuelle Bleue), à 1h50'15'' ; 12. Dolan (Smurfit Kappa-Kingspan), à 1h51'15'' ; 13. Berrehar (Skipper Macif 2022), à 1h51'52'' ; ...

lire aussi

Devenue la référence de la course au large, Port-La-Forêt fête ses « héros »